- Publicité -

Case Noyale : Pénurie d’eau encore et toujours

 

- Publicité -

Les habitants de Case Noyale ne sont pas au bout de leurs peines. Les problèmes d’eau sont monnaie courante dans ce village côtier, mais la situation qui prévaut depuis octobre est insoutenable. Il y avait certes eu une légère amélioration dans la distribution du précieux liquide en août et septembre, mais encore une fois, ce n’était que de la poudre aux yeux. Non seulement les choses se sont détériorées, mais les camions-citernes jouent aux abonnés absents. Dans la situation actuelle, il n’est pas exclu que les habitants fassent entendre leurs voix dans les jours à venir.

« Drom vid depi oktob », martèlent les habitants du village côtier situé entre Petite-Rivière Noire et La Gaulette, qui s’étaient montrés compréhensifs jusqu’à présent. Or, la colère est encore plus palpable en cette période de grosse chaleur et de crise sanitaire. Depuis plusieurs semaines, voire des mois, la cité EDC est privée d’eau.

Lorsque cette eau parvient presque par miracle dans certaines maisons de la cité CHA, elle coule au compte-gouttes pendant deux ou trois heures. Des conditions qui mettent à rude épreuve les nerfs des familles qui, en plus de lutter pour satisfaire leurs besoins de base, sont obligées de veiller toute la nuit pour avoir la chance de remplir quelques bassines d’eau.

La Central Water Authority (CWA) et les députés de la circonscription avaient pourtant promis que la situation reviendrait à la normale, mais la pénurie persiste. De quoi donner à cette carence en eau une dimension sociale et politique « Ils se vantaient d’avoir résolu le problème de la vétusté des installations qui entraînait d’importantes pertes d’eau et d’avoir modernisé le management du système d’approvisionnement en eau.»

« Certes, il y a eu une grande amélioration durant deux ou trois mois, mais c’était trop beau pour être vrai », soutient un habitant.Rester plusieurs jours sans eau compte tenu de cette chaleur accablante est insupportable et déprimant pour les personnes âgées, à en croire Roger, un des plus anciens habitants de la cité EDC. « Lorsque la situation de manque d’eau est causée par la conséquence directe de la sécheresse, ça peut passer, mais tel n’est pas le cas actuellement. Mo senti mwa pe mor. Bizin ena solision vit parski nou koler gran. » Dépassés par la situation, les résidents de Case Noyale envisagent d’emboîter le pas à ceux du Morne qui avaient manifesté dans la rue cette année, d’autant que les rares camions-citernes qui sillonnent le village ne permettent pas de satisfaire tout le monde. « Tou letan nou dir nou pou manifeste, me apre nou reflesi konsekans, me sa kou-la nou pa pou kile », confie un riverain.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, la cellule de communication de la CWA affirme ne pas être au courant que les problèmes d’approvisionnement ont resurgi dans le village.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour