- Publicité -

Drame au Canada : Jeremy Cadine, 17 ans, tué dans une fusillade à Montréal

— C’est le sixième adolescent tué en 18 mois

“On est venus de loin en ne pensant jamais qu’une chose comme ça arriverait à nos enfants dans un pays comme le Canada”. Une phrase confiée par Josian Cadine, la gorge nouée, aux journaux canadiens la semaine dernière. Ce père de famille est meurtri. Il a perdu son fils, Jeremy, 17 ans, dans une fusillade, survenue au petit matin sur la promenade Ronald, à Montréal-Ouest. Le jeune, qui était assis sur le banc passager d’une voiture qui a été criblée de balles par des suspects armés, a perdu la vie quelques heures après son transport à l’hôpital, écrit la presse canadienne.

- Publicité -

Cette fusillade s’est produite vers 2h00 jeudi. La presse canadienne indique que selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), une automobile a été la cible de plusieurs coups de feu provenant d’un endroit encore indéterminé pendant qu’elle circulait à l’intersection des rues Ronald et Avon. À leur arrivée, les policiers ont constaté la mort du conducteur de la voiture, Allan Andrew Anaba, un jeune homme de 18 ans. Son passager, Jeremy Cadine, était grièvement blessé, tandis qu’une autre personne qui était à bord aurait réussi à se sauver sans être blessée. Jeremy Cadine a malheureusement succombé à ses blessures en fin d’après-midi.

Selon les médias canadiens, “on ignore pourquoi ces jeunes hommes ont été ciblés par les tireurs. D’ailleurs, deux suspects ont été épinglés quelques minutes plus tard, à proximité du lieu de la fusillade. Un troisième individu serait parvenu à prendre la fuite sans être appréhendé.” La famille Cadine, qui a émigré au Canada il y a cinq ans, est meurtrie. Josian Cadine s’est précipité au chevet de son fils Jeremy à l’hôpital jeudi matin, pensant à un simple accident de voiture, écrivent les journalistes. Mais c’est son enfant, “frappé à l’œil avec un projectile”, qu’il a retrouvé. Malheureusement, quelques heures plus tard, le jeune Mauricien a succombé à ses blessures.

“Toujours heureux”
À la presse, le père de Jeremy Cadine a confié : “Nous avons parcouru un long chemin sans penser qu’une telle chose arriverait à nos enfants dans un pays comme le Canada”. Jeremy est décrit par son père comme un “bon garçon” sans histoire, avec “une énergie positive.” “Il était toujours heureux”, a relaté Josian Cadine à la presse canadienne, indiquant dans le sillage que si son fils, comme beaucoup d’adolescents de son âge, aimait le football et le chant, il ne pourrait dire si le jeune homme avait de mauvaises fréquentations. Dans un témoignage à la presse, la belle-sœur de la victime, Jessica Marin, a confié qu’elle n’en peut plus des épisodes de violences par armes à feu qui font des victimes toujours plus jeunes à Montréal. “Tuer pour tuer, ça doit s’arrêter. Les gens qui font ça doivent penser que ça pourrait être leurs proches. Ils pourraient être à notre place”, a-t-elle regretté aux micros des journalistes canadiens.

Une autre proche de l’adolescent, Alexandra Marin, a elle soupiré ne pas comprendre ce qui s’est passé. “Jeremy commençait à peine à vivre. On se réveille avec cette mauvaise nouvelle et on ne comprend juste pas pourquoi c’est arrivé”, a-t-elle expliqué. En tout cas, cette fusillade a fait un sixième adolescent tué en 18 mois à Montréal. Cette soirée de mercredi jeudi a été très animée d’ailleurs, indique la presse canadienne. Les policiers avaient d’abord été appelés en toute fin de soirée à l’angle de l’avenue Ash et de la rue Dick-Irvin, dans le quartier Pointe-Saint-Charles, où deux hommes de 18 et 20 ans venaient d’être atteints par des projectiles d’arme à feu, dit-elle.

Et une heure avant la fusillade sur Ronald Drive, des coups de feu avaient été tirés contre la devanture du bar Chez Normand, situé sur l’avenue Dollard, dans l’arrondissement de LaSalle. Personne n’a été blessé et aucun suspect n’a été arrêté. La presse canadienne indique cependant que tout porte à croire que les trois épisodes de coups de feu de cette chaude soirée ne seraient pas liés.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour