AFFAIRE « BAL KOULER »— L’ACP HEMAN JANGI : « Patrick Soobhany impliqué dans trois délits en France selon Interpol »

Débats le 4 octobre sur une question de Me Gavin Glover demandant à l’ACP Jangee si le DPP avait demandé à la police d’envoyer le dossier à l’ICAC
Raj Dayal

Les débats sur la motion logée par l’avocat de Raj Dayal, Me Gavin Glover, SC, pour abus de procédures dans le procès qui lui est intenté dans le sillage de l’affaire « Bal kouler », ont repris hier avec le témoignage de l’ACP Heman Jangi.
L’ancien ministre de l’Environnement est poursuivi en Cour intermédiaire sous une charge de « bribery by public official ». Il a plaidé non-coupable.
Le point avancé par Me Glover porte sur une déposition de Raj Dayal consignée le 25 mars 2016 au CCID, et qui n’avait pas été communiquée au bureau du DPP. À la barre des témoins, l’ACP Heman Jangi avait confirmé lors d’une précédente séance que Raj Dayal avait consigné une déposition le 26 mars 2016 contre Patrick Soobhany, l’homme d’affaires qui l’a dénoncé. L’ACP avait indiqué que le CCID avait ouvert une enquête et que plusieurs personnes ont été interrogées. Il a soutenu que le CCID n’est pas allé de l’avant avec l’enquête après que le conseiller légal de Patrick Soobhany a attiré son attention sur l’article 49 de la POCA. Cette clause évoquait l’immunité accordée à une personne ayant consigné une déposition à l’ICAC.
Le témoin devait confirmer que la déposition de Raj Dayal n’a pas été envoyée au bureau du DPP. L’enquête avait été stoppée sur avis du DPP, selon lui.
Me Gavin Glover a interrogé une nouvelle fois l’ACP Heman Jangi hier dans le cadre du procès. Ce dernier devait dans un premier temps présenter le dossier de la police rédigé en 2016, suite à la déposition de Raj Dayal pour complot allégué contre lui. Il a confirmé que sept personnes ont été interrogées pour cette enquête, à savoir Raj Dayal, Serge Gilbert Lai Cheong, Nitish Dabeedyal, Jerry Andrew Michael Chan Lam, Rumesh Ubheera, Ragini Ramroop et Rajkumar Ramessur. La police avait pris note des déclarations de Raj Dayal dans cette enquête, soutenant que le dénonciateur Patrick Soobhany, homme d’affaires, avait des antécédents. L’ACP Jangi est venu confirmer en cour qu’Interpol avait répondu à sa requête pour des informations et qu’il avait été confirmé que Patrick Soobhany était impliqué dans trois délits en France.
Sujet de discorde lors de l’audience d’hier : une question de Me Glover portant sur la communication du dossier en présence de la police à l’ICAC. Me Medaven Armoogum a parlé de « priviledged information », soutenant que des informations dans ce dossier ne concernent que le CP et le DPP et ne peuvent être divulguées. Me Gavin Glover devait toutefois insister pour avoir une réponse à sa question, pour les besoins du procès. Les magistrats Vijay Appadoo et Niroshini Ramsoondar ont ajourné l’affaire au 14 octobre pour des débats sur l’objection de la poursuite.