Le Leader de l’Opposition, Xavier-Luc Duval, est revenu sur la PNQ après la première partie des travaux ce matin. Il a souligné que cette question fait suite à une requête de « centaines de petits planteurs inquiets » sur la centralisation de la vente de légumes en gros. Les réponses données par le ministre Mahen Seeruttun démontrent selon lui sa « parfaite ignorance du dossier. Il ne sait ni l’heure d’ouverture ni de fermeture de ce marché, ni comment les prix seront appliqués ».
Pour le Leader de l’opposition, « le ministre a fait preuve d’arrogance. Il a gardé la feasibility study pendant trois ans et il a fallu attendre la PNQ pour qu’il daigne la publier. C’est un manque d’égards pour les petits planteurs. Nous allons examiner cette étude avec les représentants des petits planteurs ». Pour Xavier-Luc Duval, il aurait été plus approprié d’aménager des marchés sur une base régionale, au lieu de tout centraliser à Wooton. Ce qui causerait un gros problème de transport, d’où l’inquiétude des planteurs. « Ce coût supplémentaire sur le transport, sans compter les embouteillages, risque d’avoir un impact sur le prix des légumes. Qui plus est, nous avons fait une visite des lieux, ce terrain est marécageux ».
De même, le Leader de l’opposition regrette la connotation sectaire liée à cette question. « Aujourd’hui, on a vu au cours des débats comment les gens peuvent utiliser le communalisme. Cela confirme la descente communale du MSM. Lors de la fête Eid récemment, j’avais fait un appel invitant les politiciens à éviter le communalisme. Au contraire, le MSM a recommencé de plus belle ». Il a également fait référence aux affiches placardées « autour des mosquées » avec le symbole du PMSD, contre l’Arabie Saoudite. « Nous savons tous que Soodhun est derrière cela. D’ailleurs, c’est un fonctionnaire de son ministère qui est venu par la suite animer une conférence de presse pour nous critiquer. Il m’avait même menacé au parlement disant que je ne pourrai plus aller faire l’iftaar nulle part. Dommage pour lui. Alors qu’on collait ses affiches, j’étais invité chez le responsable de la mosquée de Quatre-Bornes ».