BADMINTON — CHAMPIONNATS D'AFRIQUE 2017: Kate Foo Kune prête à défendre sa couronne

Julien Paul, tête de série no 1 en simple hommes, sera attendu au tournant au même titre que Lubah

Nous entrons dans le vif du sujet avec les Championnats d'Afrique de Badminton, qui débutent aujourd'hui à Benoni, en Afrique du Sud, pour prendre fin dimanche prochain. La sélection mauricienne est pour rappel composée en masculin des frères Paul (Christopher et Julien), Aatish Lubah, Alexandre Bongoût, Melvin Appiah, Atish Pultoo. Alors que chez les dames, elles sont quatre à défendre le quadricolore national, à savoir Kate Foo Kune, Kobita Dookhee, Ganesha Mungrah et Sendila Mourat.
Julien Paul et Lubah avaient précédé la sélection nationale en arrivant à Benoni depuis lundi, dans le cadre du stage regroupant les meilleurs badistes africains présélectionnés pour le programme de préparation olympique Road to Tokyo 2020. Kate Foo Kune, championne d'Afrique en titre, qui devait elle aussi être de la partie, n'a pas été en mesure de se libérer. Elle a donc rejoint le groupe hier. Le reste de la délégation, composée en outre du coach indien Ravuri Radhakrishna et de Sharma Nudah (team manager), a quitté le pays hier soir.
La compétition débutera aujourd'hui à partir à 17h avec le tournoi par équipes mixtes, après la tenue de la réunion technique prévue à 14h à Benoni. Les finales sont programmées pour mercredi prochain. Le tournoi individuel débutera le jeudi 20 avril et connaîtra son dénouement le dimanche 23 au gymnase John Barabel avec les finales. Les pays participants sont l'Algérie, l'Afrique du Sud, Maurice, l'Ouganda, la Zambie, le Zimbabwe, l'Égypte, le Ghana, le Nigéria, le Botswana et les Seychelles. Ces derniers se sont inscrits uniquement au tournoi individuel.
Kate Foo Kune dans un fauteuil ?
En ce qu'il s'agit des forces en présence, Kate Foo Kune, reine d'Afrique et tête de série no 1, aura la lourde responsabilité de conserver sa couronne. La Sportswoman of the Year 2016 est une battante qui a depuis longtemps fait ses preuves sur le continent. Elle fait figure d'épouvantail en simple dames, d'autant que sa plus grande rivale, la Nigériane Grace Gabriel, ne sera pas de la partie. Seules les adversaires égyptiennes sont capables de venir la titiller. Kate Foo Kune est et demeure une joueuse de grande qualité. « Elle est vraiment très forte. Les autres devront s'employer à fond pour tenter de la surclasser », estime l'entraîneur adjoint de la sélection nationale, Sahir Edoo.
Par contre, chez les messieurs, la partie ne sera pas de tout repos même en l'absence du champion en titre sud-africain, Jacob Maliekal, ou encore de l'Ougendais Edwin Ekiring. Christopher Paul et Aatish Lubah demeurent les meilleurs atouts mauriciens et le premier nommé sera d'ailleurs la tête de série no 1. « Ils n'auront pas la partie facile. Le tournoi simple hommes sera l'un des plus disputés mais je reste persuadé que Julien Paul et Lubah parviendront à tirer leur épingle du jeu. Nous parlons là de deux jeunes badistes d'expérience, qui ont beaucoup de rencontres dans les jambes et qui avaient brillé lors des derniers Jeux des îles de l'océan Indien (JIOI) à La Réunion. Ils font inévitablement partie des favoris », a souligné notre interlocuteur.
Par-delà la pression
Il soutient que « les badistes devront dans un premier temps maîtriser la pression. C'est la clé du succès. Et par la suite, leurs jeux se développeront tout seul. Ce n'est pas évident d'évoluer face à l'adversité mais une fois que la concentration est là, la machine se met à tourner à plein régime. Le but est de savoir maîtriser ses nerfs à garder la tête froide », a indiqué Sahir Edoo. L'Égyptien Adham El Gamal sera l'un des joueurs à surveiller tout comme ses compatriotes égyptiens ainsi que les joueurs nigérians. En double hommes, la paire Paul/Lubah devra se méfier des équipes sud-africaines et égyptiennes. « Le Sud-Africain Andries Malan est très fort en double. Il a une belle complémentarité avec Willem Viljoen. Mais ce dernier ne sera pas de la partie. Quoi qu'il en soit, avec son nouveau partenaire, le duo sera tout aussi redoutable. Il ne faut pas oublier que l'Afrique du Sud, sur ses terres, aura à coeur de réaliser une performance époustouflante. Avec le soutien et la ferveur du public, ils sont capables de se transcender. Et il ne faut pas oublier qu'ils sont aussi très talentueux avec une jeune génération qui monte en puissance », a renchéri Edoo.
En double dames, la partie s'annonce bien plus compliquée pour les Mauriciennes, notamment avec l'absence de Yeldy Louison, partenaire attitrée de Kate Foo Kune. Elle devra très certainement compter sur les Ougendaises, les Sud-Africaines ou encore les Égyptiennes. Ces dernières possèdent des joueuses de très grandes qualités avec les tandems Hadia Hosny/Doha Hany et Menna Lel Tanany/Nadine Ashraf. Comment oublier également les Sud-Africaines Jennifer Fry et Sandra La Grange, qui peuvent réaliser des performances de haute volée. Les paires égyptiennes partiront avec la faveur des pronostics. En double mixte, si tout se passe bien et sauf pépin physique, Julien Paul et Kate Foo Kune devraient a priori faire la différence et remporter la palme. Il ne faudra pas sous-estimer les forces en présence.
Quoi qu'il en soit, nous serons fixés très vite avec la compétition en équipe. Les garçons pourraient bien faire parler la poudre avec les Bongoût, Appiah, Pultoo et consorts, qui peuvent sortir de grosses performances. En ce qu'il s'agit des filles, Dookhee, Mungrah et Mourat sont des jeunes à forts potentiels mais qui auront un peu de mal compte tenu du plateau relevé. À elles de sortir le grand jeu et de surprendre tout le monde.



La sélection mauricienne
Hommes : Christopher et Julien Paul, Aatish Lubah, Alexandre Bongoût, Melvin Appiah, Tejraj (Atish) Pultoo
Dames : Kate Foo Kune (France), Kobita Dookhee, Ganesha Mungrah et Sendila Mourat
Entraîneur : Ravuri Radhakrishna (Inde)
Team Manager : Sharma Nundah