Le président malgache, Hery Rajaonarimampianina, a fait un véritable plaidoyer pour la consolidation des liens économiques et le développement de partenariats entre les secteurs privés malgache et mauricien lors de son intervention, hier après-midi, à l’hôtel Maritim, Balaclava, à l’occasion d’un « Business Forum » auquel participaient près de 200 opérateurs économiques et représentants d’organisations publiques des deux pays. « Nous sommes en train de créer un climat des affaires favorable », a déclaré l’invité d’honneur aux célébrations de la fête nationale. Il a été annoncé lors de ce « Business Forum » que la loi portant sur la création d’une zone économique spéciale (ZES) à Fort Dauphin, dans la région sud-est de Madagascar, sera présentée en mai prochain. « Maurice travaillera avec Madagascar afin de faire de cette ZES un succès », a soutenu le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration Régionale et du Commerce extérieur, Etienne Sinatambou.
« Madagascar a avancé dans la démocratie. Madagascar est sur la voie de la stabilité politique. On y travaille tous les jours. Ce n’est pas gagné d’avance mais votre contribution est importante pour qu’on puisse raffermir cette stabilité politique », a déclaré d’emblée le président malgache. Et ce dernier d’ajouter : « Nous ne sommes pas ici pour parler de politique mais de développement des affaires, de profits. Cela contribue nécessairement à la stabilité politique et institutionnelle. » Hery Rajaonarimampianina a affirmé qu’il y a une volonté des deux pays à consolider leurs relations, faisant comprendre qu’il compte sur les opérateurs économiques pour dynamiser les liens économiques. « Le secteur privé est la cheville ouvrière du développement économique. Vous connaissez Madagascar. Une relation de proximité s’est développée », a-t-il poursuivi. Le président malgache a soutenu que son pays est en train de remplir les conditions pour rendre le climat des affaires plus attrayant. « Je peux affirmer que les conditions qui prévalent aujourd’hui sont bien meilleures que celles qu’on a connues par le passé », a-t-il déclaré.
Évoquant les opportunités d’affaires, Hery Rajaonarimampianina a fait, entre autres, mention du secteur des services financiers, de l’industrie manufacturière, de la recherche, de l’exploitation des ressources naturelles (des mines plus précisément) et de l’économie océanique. Il estime que les entrepreneurs mauriciens ont fait montre de leurs capacités à créer des emplois, à apporter de la valeur ajoutée dans plusieurs secteurs d’activités. Les autorités malgaches, selon lui, s’efforcent à offrir plus de possibilités aux entrepreneurs pour qu’ils puissent développer leurs activités. Parlant de la création de la zone économique spéciale à Fort Dauphin en partenariat avec le gouvernement mauricien, le président malgache a indiqué que le texte de loi concernant ce projet sera introduit en mai 2016 et a laissé entendre que la zone développée à Fort Dauphin ne fonctionne qu’à 15 %/20 % de sa capacité.
Hery Rajaonarimampianina a dit que Maurice et Madagascar partagent la même vision concernant l’économie océanique et a rappelé que les deux pays ont signé un traité de non-double imposition et un accord de promotion et de protection des investissements. « Nous avons besoin de développer une synergie au niveau de la zone. C’est ensemble que nous allons écrire l’avenir de nos deux pays », a-t-il ajouté.
Le ministre des Affaires étrangères, Etienne Sinatambou, s’est également appesanti sur l’importance qu’accorde Maurice à la coopération régionale, cela tout en rappelant la vision économique énoncée dans le budget 2015-2016. Etienne Sinatambou a fait état des accords signés par Maurice et des pays de la région portant sur la création de zones économiques spéciales. « Dans ce contexte, nous sommes prêts à nous engager dans un partenariat renouvelé avec Madagascar. En nous fondant sur notre vision de ce que pourraient être Maurice et la région à l’avenir, nous avons défini une stratégie avec des objectifs à brève et moyenne échéances, et une feuille de route pour faciliter notre intégration dans l’économie mondiale », a fait comprendre Etienne Sinatambou.
Parlant du projet de ZES à Fort Dauphin, le ministre précisera : « La ZES, quand elle aura vu le jour, sera un pôle et un catalyseur de développement. Elle offrira à nos entreprises de nouvelles opportunités. Plusieurs activités y seront menées dans un premier temps : la culture, le stockage et la transformation du maïs ; le textile et d’autres filières manufacturières telles l’ingénierie légère et la transformation des produits de mer. » Etienne Sinatambou a laissé entendre que les partenariats entre opérateurs malgaches et mauriciens sont encouragés car l’objectif est d’accélérer le processus d’intégration régionale.