À la rentrée 2016, les écoles se trouvant dans les zones prioritaires adopteront le ZEP II. Il ne s’agit pas d’un nouveau programme, mais d’une nouvelle approche dans l’encadrement de ces enfants évoluant au sein d’un environnement vulnérable et ayant souvent des difficultés d’apprentissage. Une équipe de professionnels, dont Jogin Thakore, Associate Professor au Trinity College à Dublin, Irelande, a travaillé sur ce projet.
Les enseignants des écoles ZEP ont pris connaissance cette semaine du ZEP II. Durant deux jours, ils ont suivi une ‘induction course’organisée par le ministère de l’Éducation à ce sujet. Le ZEP II consiste en une nouvelle approche. Selon Menon Munien, ZEP Project Manager, « cela consiste en une meilleure compréhension de la faiblesse des enfants à travers une pédagogie décrite comme ‘brain-based’. Les recherches scientifiques ont permis de mieux comprendre les difficultés des enfants vivant dans un milieu vulnérable. Leur développement personnel est lent. Nous devons comprendre cela pour l’adapter à notre système de travail. »
Le Dr Jogin Thakore, qui travaille dans le domaine de la neuropsychologie et qui a mené des recherches à ce sujet, a aidé à mettre en place cette pédagogie. Menon Munien s’attend ainsi à ce que l’encadrement actuel des enfants des écoles ZEP s’améliore avec la participation de plusieurs partenaires dans différents domaines. Ce dernier ajoute que c’est un projet à long terme « qui va prendre le temps nécessaire pour entrer dans les écoles. »
De son côté, la ministre Leela Devi Dookun-Luchoomun, procédant à l’ouverture de cet atelier, a souligné le progrès déjà enregistré dans les écoles ZEP ces dernières années. « Le taux de réussite au CPE est passé de 36.5 % en 2006 à 46.8 % en 2014. Mais il y a encore beaucoup à faire pour aider nos élèves des écoles ZEP. »
Leela Devi Dookun-Luchoomun a élaboré sur la relation entre la pauvreté et l’éducation. « Promouvoir l’éducation est sans doute l’une des meilleures armes pour vaincre les inégalités sociales et économiques. » C’est pour cela, a-t-elle ajouté, que le ministère s’est engagé dans une réforme afin d’offrir une meilleure chance à tous les enfants mauriciens.
La ministre de l’Éducation a également dit sa satisfaction de voir que de plus en plus de parents s’engagent à offrir une bonne éducation à leurs enfants. « La demande pour une éducation de qualité dans les régions vulnérables est de plus en plus grande. En adoptant le ‘brain-based approach’, nous voulons aider à briser le cycle de la pauvreté à travers l’éducation. »
La nouvelle pédagogie sera appliquée dans les 30 écoles ZEP de la République à compter de janvier 2016. Outre l’équipe technique du ministère et le Dr Jogin Thakore, la neuropsychologue Ridwana Timol, l’ONG TIPA et Sarah Rawat-Currimjee font partie de l’équipe chargée de mettre en place cette nouvelle approche.