Même si en termes de victoires il est loin des 52 récoltées la saison dernière, l’entraînement Rameshwar Gujadhur est à créditer d’un bon parcours 2017. À une journée de la fin de la saison régulière, son compteur affiche 31 victoires et 101 placés pour des gains de Rs 11M. Si comme la saison dernière il termine deuxième au classement des entraîneurs, Rameshwar Gujadhur peut tout de même nourrir des regrets à propos du titre qui paraissait à portée de fusil à un certain moment.
La baisse dans le nombre de victoires peut s’expliquer par l’absence d’une cravache attitrée. En effet, contrairement à la saison dernière, Rameshwar Gujadhur n’a pu compter sur un titulaire et cela a définitivement eu un impact sur le rendement de son établissement. Avec la décision des autorités gouvernementales de ne pas accorder un permis à Donavan Mansour, Cravache d’Or 2016, c’est vers Damien Oliver que s’est tourné l’entraîneur pour défendre ses couleurs. Mais là également, il s’est heurté à une fin de non-recevoir des autorités étatiques. Vu la tournure des événements, Rameshwar Gujadhur n’a pas eu d’autre choix que de composer avec les moyens du bord en faisant confiance aux local boys.
Malgré cela, son établissement a pu remporter pas moins de cinq épreuves de Groupe dont deux Groupe 1. La révélation du côté de cet établissement a été Hard Day’s Night, qui s’est adjugé le titre de meilleur 4-ans. Il y a aussi Nottinghamshire qui, fort de ses trois victoires, a été un des plus grosses satisfactions de son établissement cette saison. D’autres nouveaux ont apporté leur contribution, mais à un degré moindre. Les noms qui viennent à l’esprit sont Mr Bond, Orange Tractor, Gondwana ou encore Noah’s Ark. Chez les anciens, Mootahadee, Seven Fountains, After Midnight et Alberts Day ont pu tirer leur épingle du jeu avec deux victoires chacun.
En revanche, l’absence du regretté Blow Me Away s’est beaucoup fait sentir dans les épreuves à fortes dotations. Au même chapitre, on fera mention de Solar Star, qui n’a jamais confirmé sa victoire acquise dans les Winter Stakes, alors que son entourage entretenait l’espoir de le voir remporter une classique voire une semi-classique.
Mais dans l’ensemble, l’entraînement Rameshwar Gujadhur été plus ou moins constant dans ses performances. Il n’a pas connu de traversée du désert à proprement parler, ce qui laisse à penser que la récolte aurait été meilleure avec un jockey attitré.