FESTIVAL - KAZ OUT : Éclectique et électrique

La 4e édition du festival Kaz’Out a été un franc succès tant au niveau de la qualité et de la diversité musicale proposée que par l’affluence. Danyel Waro, Les yeux d’la tête, Basil, Yenla, Ras Nininn et consorts ont créé une sacrée ambiance avec leurs musiques respectives. Selon les organisateurs, quelque 2800 à 3000 personnes ont fréquenté le festival ce samedi 4 novembre.
Comme attendu par Lionel Permal et Laura Hebert, les initiateurs du festival, cette 4e édition de Kaz’Out a encore grandi au niveau de l’affluence. Des 500 personnes accueillies lors de la première édition, le festival en est maintenant à environ 3000, signe que le concept plaît et qu’il attire de nouvelles têtes à chaque fois. Des gens partout, certains assis sur l’herbe, d’autres visitant les nombreux stands où on découvrait des plats d’ici et d’ailleurs ainsi que divers ateliers… Une ambiance électrique a régné tout au long avec la vingtaine de groupes au programme. Un line up éminemment éclectique avec des styles pas forcément dans le mainstream mais des groupes et chanteurs plein de talents.
 
Raz de marée sonore.
Si le public est venu nombreux, il faut souligner que les artistes au programme ont été à la hauteur de leurs réputations respectives. Entre maloya, reggae, seggae, musique électronique et world music, la fête était rendez-vous ce samedi 4 novembre dans l’antre de L’Aventure du Sucre à Beau-Plan. Ainsi Danyel Waro, de La Réunion, a démontré qu’il en avait encore sous le capo après autant d’années de carrière avec une prestation très rythmée. Muni de son kailang, il faisait valser un public conquis à coup d’airs typiquement réunionnais mais aussi de morceaux mauriciens qu’il reprenait à sa façon.
Plus tard, c’est un véritable raz de marée sonore qui a déferlé sur la scène principale avec la prestation du groupe Les yeux d’la tête. Un groupe pour le moins atypique, avec son savant mélange de la chanson française d’antan, de swing, de rock et de rythmes gipsy, entre autres. Dès la fin de la première chanson, une ovation monstre pouvait s’entendre de la part d’un public agréablement surpris par ce son accrocheur. Pendant plus d’une heure, les deux chanteurs et guitaristes, accompagnés de leurs musiciens déchaînés, ont pris le public par la main pour l’emmener là où ils voulaient. Des solos à la basse, à la clarinette, à l’accordéon et à la guitare n’ont fait que démontrer toute la panoplie musicale de ce groupe.
 
Positive vibes.
Yenla, avec sa vélocité vocale, faisait lui aussi danser son public. Son mélange de style était chaudement applaudi par la foule. Ras Nininn faisait également honneur à sa réputation en présentant, entre autres, des morceaux de son nouveau projet musical. Quand à Bazil, il démontrait que le reggae état ancré dans son âme avec ses morceaux prenants. Il envoyait des positive vibes à chaque couplet, bien aidé par son MC, avant de se lancer dans une séance d’improvisation à couper le souffle.
Mention doit être faite de la très bonne sonorisation proposée par Damoo. Qualité qui correspond exactement au leitmotiv de Kaz-Out d’offrir un cadre professionnel à ses artistes afin de les faire mieux connaître au grand public. La jam-session a elle accouché de mélanges étonnants à l’instar du duo improvisé entre Damien Elisa et un des membres du groupe de rap A4C. Le tout accompagné que d’une batterie.