A 23 heures samedi le bilan des intempéries à Port Louis s’élevait à huit morts dont six dans le tunnel du Caudan Waterfront. Un Sdf a aussi péri à la rue La Poudrière alors qu’une dame a succombé à une crise cardiaque lorsque l’eau a envahi brusquement sa maison à Canal Dayot.
Huit morts donc et 82 bléssés dans les inondations de Port-Louis samedi après-midi. D’autres personnes ont aussi été piégées par les eaux torrentielles qui ont envahi les artères de la capitale après avoir quitté le lit de leur ruisseau obstrué en aval par les travaux de la troisième voie et les détritus qui bloquaient les ponts du ruisseau du Pouce. Certes la pluie avait été particulièrement violente avec plus de 150mm d’eau en moins de deux heures mais l’état des drains et le développement sauvage autour de la capitale  a aussi peséde son poids.
Les leçons du 13 février dernier n’ont semble-t-il pas été retenues par les autorités car les mêmes causes  ont produit les mêmes effets. Il n’a fallu que deux heures de pluies abondantes pour que la capitale se retrouve dans une situation acapolytique.
L’eau avait encore une fois envahi la place du Caudan bloquant plusieurs véhicules et coupant l’une des voies majeures de circulation entre le Nord et le Sud. Une voiture et trois camions se sont ainsi retrouvés piégés. Des scènes de panique pouvaient être observés parmi les gens qui tentaient en cette veille de Pâques, de regagner la gare d’autobus.
Plus loin à Bell Village, en direction de la Grande Rivière Nord Ouest, c’est à des scènes de carambolages en séries auxquelles nous avions droit. Les véhicules étaient emportés par les eaux et s’enchevêtraient les unes dans les autres au grand dam de leurs conducteurs. Parmi eux , l’avocat Yousouf Mohamed, très secoué par l’évènement, qui a pu être sauvé de son véhicule en proie à la force des eaux.
A canal Dayot les mêmes scènes de peur  ont  été ressenties par les habitants qui ont vu leur maison prendre l’eau sans pouvoir y faire grand-chose. Une habitante est décédée des suites d’une crise  cardiaque lorsque l’eau a débordé dans sa maison.
A l’heure où nous postions ce texte, un septième cadavre, mort par noyade, était porté à la morgue de l’hopital Victoria de Quatre Bornes. Enfin d’autres personnes étaient portées manquantes par leur famille dont l’un avait été cherché sa voiture dans le parking souterrain du Caudan.