Le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, qui participait à l’inauguration du showroom de BMW à Pailles hier soir, a rendu un vibrant hommage à Leal & Co ainsi qu’à deux autres compagnies (CFAO et Axess) pour avoir offert au gouvernement une solution socialement acceptable au problème Iframac dans le sillage de l’affaire BAI. « Business has to have a human dimension », a-t-il souligné.
Le Premier ministre, qui intervenait pour la première fois depuis qu’il a pris en charge le portefeuille des Finances, a indiqué que le prochain budget comprendra des mesures pour encourager l’utilisation des énergies nouvelles et renouvelables. Il a également affirmé sa volonté de mettre de l’ordre dans l’industrie de l’automobile. Interrogé par la presse au sujet du budget, il a annoncé avoir déjà eu des sessions de travail avec les hauts cadres du ministère des Finances et leur a donné des instructions concernant ce qu’il considère être ses priorités.
Évoquant rapidement l’affaire BAI, sir Anerood Jugnauth a observé que « the whole BAI Ponzi scheme is not just a financial and legal issue as some are portraying but it is more importantly one which concerns thousands of persons who, having toiled hard throughout their lives, entrusted life savings and earnings to the BAI and who would have been left high and dry had not Government intervened at the right time ».
Sir Anerood Jugnauth s’est réjoui que les activités de Leal & Co cadrent avec la stratégie économique énoncée dans sa Vision 2030. Il a pris bonne note de l’intérêt porté par la compagnie Leal pour les énergies renouvelables, en particulier l’énergie solaire. A titre d’exemple, il a cité le fait que le showroom de BMW utilise l’énergie solaire pour son système d’éclairage. Il a profité de l’occasion pour souligner que la politique de son gouvernement est de réduire autant que possible la dépendance du pays sur les énergies fossiles tout en encourageant le recours à la biomasse et à l’énergie solaire. « You can rest assured that I will see to it that these forms of energy receive the encouragement and incentives they require. I will certainly consider that in the next Budget that will be prepared under my stewardship », a-t-il dit. SAJ a rappelé qu’il y a 25 ans, il avait donné des directives pour l’élaboration d’un Bagasse Energy Development programme. Aujourd’hui, le taux d’énergie produit à partir de la bagasse s’est multiplié par sept et représente 15 % des besoins énergétiques du pays.
SAJ a également reconnu qu’il y a eu une falsification à grande échelle du “horsepower” des voitures à Maurice. Il a affirmé sa volonté de mettre bon ordre dans l’industrie d’automobile. « My Government is cognizant of challenges and shortcomings and intends to put order in the car sector by introducing such measures that would ensure : an orderly market without distortions and subsidies ; that falsifications of horsepowers are things of the past and that the population gets real value for money when buying a car ». Sir Anerood Jugnauth a, par la suite, rendu hommage à l’esprit d’entrepreneuriat des Mauriciens.
Pour sa part, Éric Leal a révélé que des investissements de l’ordre de Rs 460 M ont été effectués afin d’améliorer les infrastructures d’accueil réservées aux clients à Maurice et à l’île de La Réunion. L’objectif de Leal & Co est de devenir un hub régional pour le secteur de l’automobile et de l’informatique. Déjà, a-t-il précisé, elle représente BMW aux Seychelles, à Madagascar et à La Réunion. Quelque 1 400 voitures ont été écoulées dans la région l’année dernière. Par ailleurs, le groupe Leal est présent à l’île de La Réunion depuis une douzaine d’années. Il représente Apple Computers et emploie une centaine de personnes sur cinq sites. Ses investissements dans l’île soeur ont tourné autour de Rs 320 M cette année.
Dans une déclaration à la presse, Éric Leal a constaté une certaine anarchie dans le marché des voitures à Maurice qu’il attribue à une confusion légale. La vente des voitures neuves a chuté de 20 % mensuellement depuis le début de l’année. « Ce n’est pas une moindre affaire puisque 20 % représentent les voitures vendues à Maurice par une firme comme Toyota-Mauritius ». Il a rappelé que le secteur des automobiles neuves est générateur d’emplois et contribue quelque Rs 2 milliards dans les caisses de l’État.