Le président de la Mauritius Co-operative Agricultural Federation (MCAF) Ltd, Basant Rai, demande au gouvernement de financer l’achat de trois ou quatre “harvesters” (moissoneuses) au coût de Rs 6 millions chacun pour « faciliter » la récolte de cannes à sucre, à Maurice. Une délégation de la MCAF Ltd s’était rendue en Inde en décembre dernier pour évaluer ces machines. C’est ce qu’a indiqué hier Basant Rai lors de la 58e édition de son Assemblée générale, à Bell-Village.

Basant Rai a mis l’accent sur « le manque de main-d’œuvre à Maurice » pour travailleur dans le secteur cannier. Dans ce contexte, une délégation de la MCAF Ltd, menée par son président, s’est rendue en Inde, plus précisément à Rajkot, Gujrat, à la recherche de “harvesters” dernier cri. « Nous avons été émerveillés par les machines de la compagnie Shaktiman, qui récoltent des cannes à sucre à une vitesse impressionnante, et ce tout en enlevant parallèlement les pailles. Cette machine, dotée des dernières technologies, peut être utile à Maurice afin de combler le manque de main-d’œuvre », affirme Basant Rai.

Le ministre de l’Agro-industrie, Mahen Seeruttun, a abondé dans le même sens, expliquant que des outils sophistiqués sont « nécessaires » dans les champs. « L’industrie sucrière a connu beaucoup de difficultés. Nous devons maintenant nous concentrer sur l’avenir et sur les mesures qui peuvent être prises pour améliorer la situation dans ce secteur. Nous devons nous adapter au contexte actuel et voir comment la nouvelle technologie peut nous être utile », a-t-il fait ressortir.

Basant Rai, lui, est aussi revenu sur les accomplissements de l’année dernière. Il précise que les chiffres d’affaires de la MCAF, en 2018, s’élèvent à Rs 177 695 113, avec un surplus de Rs 3 985 507. Pour la saison de coupe de 2017, la MCAF a recueilli 524 257 tonnes de cannes et 36 146 tonnes de sucre, des 3 798 448 tonnes de cannes et 386 277 tonnes de sucre récoltées à travers le pays. Le prix du sucre en 2017 était de Rs 10,717, celui de la molasse de Rs 2 390 et celui de la bagasse de Rs 164,81, en sus des Rs 1 100 reçues du Sugarcane Sustainability Fund.

Pour 2018, Basant Rai précise que le prix du sucre était de Rs 7 760, excluant la compensation de Rs 1 250 du SIFB. Les planteurs ont aussi bénéficié d’une somme de Rs 257 sur chaque tonne de sucre. Le prix de la molasse était de Rs 2 880 alors que le prix de la bagasse, y compris l’allocation du Sustainability Fund, était de Rs 2 500.

Basant Rai devait aussi préciser qu’il y a eu plusieurs sous-comités qui ont siégé pendant 2018. En ce qui concerne les diverses activités, il soutient qu’un accord a été signé avec une compagnie suisse pour la transformation de la canne en diesel. « Une tonne de cannes peut produire 350 litres de diesel. Nous travaillons aussi sur un deuxième projet, qui est la Seedling Production Unit, dont l’objectif est de produire des plantes qui seront ensuite remises à des petits planteurs », dit-il.