l’Entrepreneur de l’année 2017: Gérard Guidi pionnier 
du tourisme de santé

Ce coiffeur de métier, rugbyman dans le corps et entrepreneur dans l’âme, 
a développé un modèle de centre esthétique qui attire l’attention 
des professionnelsdu secteur du monde entier.

Pour cet homme qui semble infatigable, chaque patient est traité dans sa globalité et non pas uniquement pour l’intervention demandée. « Ici, nous travaillons sur un traitement global du patient. Il est pris en charge de A à Z et peut loger ici dans des villas offrant tout le confort pour une remise en forme totale après les interventions. » Des interventions qui portent sur les implants capillaires, la chirurgie dentaire, la chirurgie et la médecine esthétiques, pratiquées dans une atmosphère qui distingue ce centre de ses homologues ailleurs sur la planète. Une philosophie due en partie à un esprit d’équipe que ce rugbyman de haut niveau a su communiquer. « Je sélectionne mes équipes, non seulement pour leurs compétences, mais aussi pour leur volonté de faire quelque chose de bien pour les autres et pour le pays. »

L’ESPRIT DU RUGBY
La plus-value que Gérard Guidi a su apporter à son centre porte sur les nombreux partenariats engagés avec des professionnels du médical ou du paramédical, tous invités à tenir conférence auprès des patients et de la cinquantaine d’employés qui apprennent sans cesse les meilleurs traitements pré et post opératoires. Il a invité récemment le docteur Dieuzaide, chirurgien dentiste français réputé pour ses travaux sur les troubles de la santé dus à l’électro sensibilité. Une visite suivie par celle d’Emmanuelle Soulard du prestigieux Institute of Cancer Research de Londres qui a pu animer des conférences sur les impacts sur la santé liés à l’écoute des autres.  
« Nous participons aux principaux congrès internationaux pour nous informer mais aussi pour communiquer notre expérience souvent citée en exemple. L’île Maurice dispose de tous les atouts qui complètent nos prestations avec la gentillesse des gens, l’accueil et une qualité de services exceptionnelle. Aussi, à prestation équivalente dans leur pays d’origine, beaucoup de nos clients préfèrent venir ici car ils ont entendu parler de notre accueil et des soins qu’ils reçoivent en marge des interventions. Chez nous, les clients viennent exprès pour une greffe du cheveu, un soin dentaire ou un lifting dont nous maîtrisons les technologies les plus pointues. »

UN HOMME DE L’OCÉAN INDIEN
Arrivé à La Réunion en 1990, Gérard Guidi commence son aventure indianocéanique comme artisan coiffeur et se distingue déjà en innovant avec le lancement d’un salon de coiffure pour enfants et le centre « Formations sans frontières » qui a pour devise : « Pas de progrès professionnel sans progrès humain. » Il organise des actions humanitaires dans le milieu sportif ou encore avec son association « Coiffeurs sans frontières » à Madagascar. Entraîneur de l’équipe de rugby de La Réunion, il mène les jeunes Dionysiens vers les hautes sphères régionales. Mais c’est en terre mauricienne, où il s’installe en 1999, qu’il transformera vraiment son plus bel essai professionnel. Il ouvre la première clinique du cheveu à Pointe aux Canonniers, dans le nord de l’île, avec déjà tous les ingrédients qui ont fait le succès d’aujourd’hui. « J’ai sélectionné mes premières équipes sur la base des valeurs communes à partager. Comme au rugby, il faut avoir un esprit d’équipe, avancer dans le même sens mais aussi travailler dans la bonne humeur… » Ajoutez à cela un cadre zen inspiré de l’architecture balinaise, les derniers équipements Hi Tech pour des interventions « haute couture » pour la greffe de cheveux, la chirurgie dentaire ou esthétique et vous obtenez un cocktail réussi : celui de la cure de jouvence.

INTER : UN MODÈLE  À DUPLIQUER
En 2005, Gérard Guidi a investi dans un nouveau site à Trou aux biches, où la clinique fait face aux logements avec piscines individuelles. Un petit coin de paradis où la clientèle internationale (2 000 personnes de 31 nationalités en 2016) prend plaisir à venir se faire soigner. Le centre esthétique de l’océan Indien emploie 52 personnes directement dont 11 médecins. Un personnel composé à 95% de Mauriciens, soit un taux proportionnellement inverse à la clientèle (qui est constituée à 95% d’étrangers et d’environ 5% de Mauriciens). Au total quelque 3 millions d’euros auront été investis dans les constructions et les équipements médicaux de dernière génération qui commencent à faire des envieux. « Nous recevons beaucoup de propositions pour dupliquer ce concept à l’étranger. En tous cas, notre formule « clé en main » est opérationnelle ». À suivre…


« La qualité des relations humaines est au cœur de notre philosophie »
Que représente pour vous cette nomination au IBL Tecoma Award 2017 ?

Une fierté du chemin parcouru depuis la création de l’activité voilà 17 années, et une grande reconnaissance que je partage avec ma fidèle équipe, dont la très grande majorité est mauricienne..

En rugbyman que vous êtes, vous comparez souvent une entreprise à ce sport. Qu’y a-t-il de commun entre les deux ?
Mon école, depuis ma plus tendre enfance, c’est effectivement le rugby. Esprit d’entraide, de respect mutuel, de stratégies concertées, teinté de profonde humanité.
Ce sont ces valeurs universelles qui m’ont porté tout au long de ma carrière professionnelle.
Et parce que je n’oublie jamais d’où je viens, je partage avec fierté l’esprit de ce sport en supportant le rugby à Maurice.

Pourquoi avoir choisi Maurice en 1999 pour implanter votre clinique ?
Cette perle de l’océan indien a toujours bénéficié d’une aura internationale et la relie au monde entier par des vols quotidiens. L’accueil légendaire des Mauriciens, dans une atmosphère idyllique, et ses prestations hôtelières réputées, ont emporté mon intime conviction.

Votre clientèle est majoritairement étrangère et vos clients parcourent des milliers de kilomètres pour venir chez vous ici à Maurice. Comment expliquez-vous cette confiance ?
Une réputation se bâtit au fil du temps. Réactivité, précision, écoute, accompagnement, grand professionnalisme des équipes, sont autant d’ingrédients du succès. Et le bouche-à-oreille fait le reste.
En 2016 nos patients sont venus de plus de 30 pays différents.
 Nous devons aussi cette confiance à nos compétences bien sûr, mais aussi parce que le respect de l’autre, la qualité des relations humaines sont au cœur de notre philosophie.

Votre entreprise bénéficie du label « Zéro Carbone ». Pourquoi est-ce que la lutte contre le changement climatique est-elle si importante pour vous et pour votre entreprise ?
Nous ne mesurons pas la chance de vivre sur cette petite planète bleue.  Pourtant, avec notre champ de vision limité, nous l’avions pensée inépuisable.
Notre ignorance collective par le passé nous a tous conduits à des excès qui ne sont plus tolérables aujourd’hui. Il est de notre devoir citoyen de tout mettre en œuvre pour la respecter.
Alors, à notre modeste mesure, la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre se traduit par la volonté de limiter par tous les moyens notre consommation énergétique et de replanter de la végétation.
Et quoi de plus symbolique que de permettre à chacun de nos patients d’immortaliser leur nouvel envol par l’essor donné à une jeune plante?

Quels conseils pouvez-vous donner à un jeune qui lance son affaire ?
Croire en son projet, résister à l’adversité, savoir convaincre, véhiculer des idées saines et humanistes, et toujours garder une part d’utopie pour penser que tout reste possible.


Progression
L’entreprise est divisée en plusieurs entités : le Centre esthétique du cheveu, Challenge 32 (pour la chirurgie dentaire), Esculap (pour la chirurgie esthétique), Challeng’Hair et Bel été pour la partie immobilière, le tout étant chapeauté par CEOI (Centre esthétique de l’océan Indien). Sur les six dernières années, le chiffre d’affaires a connu une très forte croissance, passant de 54,7 millions de roupies (1,5 million d’euros) en 2011 à 195,9 millions de roupies (5 millions d’euros) en 2016. L’objectif pour 2017 est d’atteindre 223,5 millions de roupies (5,7 millions d’euros).

Innovation
À la pointe de la technologie, le Centre esthétique de l’océan Indien, autrefois « Clinique du cheveu » a optimisé la technique de l’implant capillaire pour en faire une référence internationale. Mais Gérard Guidi ne se contente pas d’innover sur le plan technologique, puisque son credo est de mettre l’humain au centre de son concept. La communication du centre fait également appel aux dernières techniques de web marketing. Et ce sont 12 millions de roupies qui sont investis par an dans la communication même si « notre meilleure publicité, c’est le bouche à oreille », souligne le chef d’entreprise.

Dynamisme À L’extérieur
La clientèle du Centre esthétique très majoritairement de l’étranger, soit environ 2 000 personnes par an. Chaque année, le Centre reçoit des intervenants et conférenciers sur divers thèmes liés à la santé, mais surtout il forme à son tour des médecins venus de l’étranger. Fin 2015, par exemple, une équipe médicale menée par le docteur Lacoste est venue à la rencontre de ses homologues du Centre esthétique de l’océan Indien pour apprendre les dernières techniques de greffe du cheveu.

Engagement Citoyen
Ce rugbyman vient de reprendre sa casquette d’entraîneur pour l’équipe nationale de Maurice et il sponsorise, pour la deuxième année consécutive, la coupe du monde du rugby à 10. Un événement retransmis sur 30 chaînes TV dans le monde. Autre engagement notable : chaque intervention chirurgicale est comptabilisée en consommation carbone et se traduit par autant d’arbres replantés à l’île Maurice. Son entreprise bénéficie du label « Carbone zéro ».