MMM : « Pas de commentaire sur les décisions de la commission sur la drogue » selon Paul Bérenger

Le leader du MMM, Paul Bérenger, a affiché la prudence samedi par rapport aux activités de la Commission d’enquête sur la drogue présidée par l’ex-juge Paul Lam Shang Leen en refusant de faire des commentaires concernant les développements qui se sont produits à la commission cette semaine. D’autre part, il s’est dit optimiste que le MMM remportera l’élection partielle à Belle-Rose/Quatre-Bornes, tout en soutenant que ce dont le pays a besoin, ce n’est pas d’une ou deux élections partielles mais d’élections générales.
« J’ai décidé que tant que la commission d’enquête sur la drogue siégera, je ne ferai pas de commentaires sur les décisions de l’ex-juge Paul Lam Shang Leen ou sur sa façon de faire afin de permettre à la commission de travailler en toute liberté », a fait comprendre d’entrée le leader du MMM lors de la conférence de presse hebdomadaire du parti samedi dernier. « Le moment venu, lorsqu’elle aura terminé son travail, tous les commentaires seront justifiés », dit-il. De toutes les façons, il a estimé qu’en temps et lieu « la vérité sera rétablie en ce qui concerne tous les liens établis durant deux ans et demi avec certains proches du MSM concernant le trafic de drogue en général et particulièrement avec Peroumal Veeren, Geanchand Dewdanee ou Navind Kistnah, ainsi que les liens entre les avocats et les trafiquants ». Par conséquent, toutes les questions de la presse concernant les allégations de Peroumal Veeren à l’encontre du Premier ministre se sont heurtées à une fin de non-recevoir. Interrogé au sujet de l’opportunité de l’introduction de législations touchant le financement des partis politiques et la déclaration des avoirs, Paul Bérenger a observé que le MMM est le parti qui a le plus insisté sur l’importance de telles lois. Il a rappelé qu’un projet de texte de loi avait même été rédigé sous le gouvernement de 2000-2005. « Toutefois, le MSM a tout fait pour mettre des bâtons dans les roues à ce sujet, comme ce fut d’ailleurs le cas pour la réforme électorale ». Il s’est dit convaincu que « même si ces projets figurent dans leur programme électoral, ils se sauveront, comme par le passé ».
Pour lui, « il est peu probable de telles législations soient présentées avec une équipe comprenant sir Anerood Jugnauth et Pravind Jugnauth et les autres ».
Concernant la situation générale dans le pays, il a observé qu’à part la drogue et tout ce qui se passe, il y a « une absence de légitimité du Premier ministre “tyrolienne” ».
S’agissant de l’élection partielle au N° 18, Paul Bérenger a observé que l’ambiance est très bonne, que la campagne avance très bien dans l’unité et que le MMM vaincra. Il devait à un certain moment parler de l’organisation d’une ou deux partielles. Invité à préciser sa pensée, il a répondu qu’il ne parle de la mort de personne mais de la possibilité que certaines personnes n’arrivent plus à siéger au Parlement dans un proche avenir. « Il est possible que certains soumettent leur démission, là où nous en sommes ». Il a, dans le même souffle, dénoncé l’attitude du ministre Showkutally Soodhun, qui aurait tenu des propos malvenus contre le ministre du Travail, Soodesh Callichurn, pour son retard à une cérémonie. « Je n’écarte pas la possibilité qu’il y ait une deuxième partielle, dans lequel cas nous irions tout droit vers des élections générales. Le meilleur cadeau qu’on pourrait offrir à la population pour les 50 ans de l’indépendance est l’organisation d’élections générales ».
Au sujet de la manifestation contre la hausse des prix des produits pétroliers organisée vendredi, Paul Bérenger a estimé que c’est un début d’actions communes de l’opposition et a félicité les organisateurs et les participants. Il a observé que l’obtention de l’autorisation de la police la veille seulement n’a pas permis aux organisateurs de mobiliser leurs partisans comme il le fallait. Il a soutenu que l’augmentation des prix des produits pétroliers n’est pas justifiée d’autant plus que la ponction de Rs 4 par litre d’essence est passée dans le budget comme excise duty après l’abolition du Build Mauritius Fund.
Paul Bérenger a également relevé que le gouvernement devra verser près d’un demi-milliard de roupies à Emtel et Rs 19 M d’honoraires à l’avocat Trilochun sur le dos des contribuables.
Paul Bérenger a consacré une importante tranche de sa conférence de presse à la situation internationale. Pour lui, les menaces proférées par le président Donald Trump contre la Corée du Nord sont comparables aux propos tenus par le président Harry S. Truman avant que les Américains ne lâchent une bombe atomique sur Hiroshima, et donnent froid dans le dos. Il s’est réjoui toutefois que certains proches du président américain essaient de calmer la situation.
Par ailleurs, il a constaté que Maurice ne figure pas sur la liste des 80 pays dont les citoyens seront exemptés de visas pour l’entrée au Qatar. Ce qui n’est pas étranger aux propos tenus récemment par Showkutally Soodhun à l’encontre de Qatar, estime-t-il. Le leader du MMM a également évoqué l’élection prochaine du secrétaire général de l’UNESCO. Pour lui, cette élection se jouera entre les candidats du Liban, de l’Égypte et du Qatar. Paul Bérenger estime que Maurice serait très mal inspirée de soutenir le candidat égyptien, tenant en compte la situation démocratique dans ce pays. La présentation d’un candidat par la France, ajoute-t-il, suscite beaucoup de colère dans les pays arabes. Il a aussi fait mention de la situation tendue entre l’Inde et la Chine au sujet d’un conflit territorial. Il a souhaité qu’une solution diplomatique soit trouvée.