Dans le sillage du bras de fer engagé dans le port au sujet des horaires de travail pour les 24 et 31 décembre, la Cargo Handling Corporation Limited (CHCL) maintient que ces deux jours sont des « Normal Working Days ». De ce fait, il faudra s’attendre à voir resurgir le litige à la veille du Nouvel An que ce soit du côté du patronat ou du syndicat des employés, la Port-Louis Maritime Employees Association (PLME).
Dans une correspondance en vue d’apporter des éclaircissements sur ce litige industriel, Me Jaykar Gujadhur, conseil légal de la Cargo Handling Corporation Ltd, souligne que « la CHCL a une obligation de service tous les jours de l’année comme stipulé dans le Concession Agreement avec les autorités du port sauf pour le 1er mai, le 25 décembre et les 1er et 2 janvier ».
De ce fait, « la CHCL tient à préciser que le 24 et le 31 décembre sont deux Normal Working Days pour le secteur du port, qui est un service essentiel, comme l’aéroport, les pompiers, la police et les hôpitaux ». La CHCL ajoute que les employés concernés ont déjà été informés au préalable quant aux opérations portuaires pour ces deux jours.
La direction générale de la CHCL conteste la position du négociateur de la PLMEA, Ashok Subron, en soutenant qu’« il n’y a aucun accord avec la PLMEA et il n’existe aucune dérogatoire justifiant l’arrêt du travail à midi les 24 et 31 décembre ».  
Dans un autre volet de ces éclaircissements, la CHCL se lance dans des accusations contre Ashok Subron et la PMLEA « de vouloir à tout prix déstabiliser le pays au moment même où le management a ouvert le dialogue autour de leur proposition de Collective Agreement allant dans le sens de l’intérêt de toutes les parties prenantes et en premier lieu dans l’intérêt du pays ». La CHCL évoque également « le risque de voir les grandes compagnies de transport maritime opter pour des escales alternatives de transbordement ».?La seconde manche du bras de fer est annoncée dans 48 heures…