Le football mauricien a perdu l’un de ses plus grands joueurs le week-end dernier. L’ancien ailier droit et capitaine du Racing Club de Maurice et de la sélection nationale, Dany Imbert, nous a quitté à l’âge de 63 ans, victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Selon plusieurs témoignages, il n’aurait pas eu l’assistance nécessaire auprès des services publiques et est tombé dans un coma irréversible. Il n’a malheureusement pas survécu et ce, malgré des soins intensifs dans une clinique privée.
On se souviendra de Dany Imbert comme d’un des plus talentueux footballeurs de sa génération. Il a d’ailleurs été un des piliers de la sélection nationale dans les années 70 sous l’ère du regretté Mamade Elahee. C’est d’ailleurs la seule sélection senior à ce jour à avoir participé à une Coupe d’Afrique des Nations, soit en 1974, au Caire en Egypte. Dany Imbert avait alors marqué les deux seuls buts mauriciens à cette compétition face à la Guinée et au Zaïre. C’est pour dire qu’il était un footballeur pétri de talents. Dany Imbert a su également faire profiter de son génie en club en aidant le Racing, en 1978, à décrocher le titre de champion de Maurice.
L’ancien recteur du collège St Esprit à Quatre Bornes, Jacques Malié, qui a également été président du club de Trianon, a parlé d’énorme tristesse en apprenant la mauvaise nouvelle.  » Le décès de Dany laisse un grand vide. J’ai une pensée spéciale pour sa femme et ses deux enfants, dont sa fille Sophie qui était rentrée d’Australie pour être aux côtés de son père « , a-t-il déclaré. Selon lui, Dany Imbert a été un père exemplaire qui, comme tout bon chef de famille, a toujours travaillé pour la réussite de ses enfants et de sa famille.  » C’était un homme très gentil et courtois. C’était quelqu’un de réservé et peu loquace. Il était très humble et n’aimait surtout pas se mettre en avant plan. Il a été un modèle de modestie et était aimé de tous « , a-t-il souligné.
Jacques Malié a rappelé que Dany Imbert a fait ses débuts au collège du St Esprit où il a été un champion du 100m. Un sprinter hors norme de l’époque et qui a fait ensuite de lui un excellent ailier.  » Je me souviens de ce trio magique qu’il formait avec Ned Charles, notre ailier gauche et Christian Hitilambeau comme avant-centre. Malgré sa petite taille, Dany était véloce et pas facile à arrêter. Il excellait dans ses dribbles extraordinaires. Il avait une frappe très puissante et marquait beaucoup de buts. On gardera à jamais de très bons souvenirs de lui au club. D’ailleurs, le comité des anciens, qui s’était réuni, a observé une minute de silence en hommage à ce grand homme qu’aura été Dany Imbert « , a-t-il indiqué.
Selon Jacques Malié, l’ancien ailier du Racing Club de Maurice a mis un terme à sa carrière alors qu’il était au sommet de sa gloire. Il  avait pris ses distances du football pour se consacrer à sa famille et à son travail de manager dans une des succursales de la MCB.
A tous ceux que ce deuil afflige, Week-End leur présente sa plus vive sympathie.