Pour son retour au Champ de Mars, six ans après son premier passage, Peter Hall s’est montré plus ou moins discret lors de cette journée d’ouverture en ne mettant que quatre accessits à son actif en six montes. L’Australien, que nous avons rencontré à l’issue de la journée de samedi, s’est dit heureux d’être de retour à Maurice et espère mieux faire qu’en 2010, année de sa première visite, lorsqu’il n’avait ramené que quatre petites victoires pour le compte de Patrick Meven son ancien employeur.
Âgé de 50 ans, Peter Hall arrive avec beaucoup d’expérience dans ses valises. Même s’il n’a pas laissé un souvenir impérissable lors de sa première expérience mauricienne, l’Australien s’est bien défendu dès qu’il a regagné son pays natal. Il s’est aussi distingué en Malaisie lorsqu’il remporta la Country Gold Cup en 2009. Pas plus tard que janvier dernier, il s’offrit un nouveau Groupe 1, la Perth Cup, avec Delicacy, une jument avec laquelle il avait déjà remporté deux autres Groupe 1.
«It’s nice to be back at the Champ de Mars. For a first meeting, it was good and exciting », a commenté d’entrée de jeu l’Australien. « The track and the set up are pretty much the same since my last visit. The crowd is mad about racing and this can be a real boost for any jockey riding here », a fait ressortir notre interlocteur.
Interrogé sur le motif de son retour au Champ de Mars, Peter Hall dira qu’il a toujours voulu de nouveau tenter l’expérience mauricienne. « I’ve always been keen to come back. Jean-Michel asked me at the end of last year but I couldn’t made it. You know, the last couple of years I was quite successful back home and I wanted to come here at the right time. Jean-Michel asked me again this year. He told me he intends to build a competitive stable in the long term and he has got some new horses in his yard. I accepted the job and I hope we have a fruitful partnership », a déclaré notre interlocuteur.
Justement, comment trouve-t-il les chevaux de son entraîneur? « Well, to be fair to racegoers, I hardly got a gauge in the string of horses as I only arrived on Wednesday afternoon. I only had two morning sessions prior to the first meeting, so I cannot venture as to pronounce myself on the horses. But I had the occasion to look at some of them at Floreal. Jean-Michel is doing a very good job with them. I reckon that it’s only three or four weeks in the season that we will know more about them. »
Commentant ses montes de samedi dernier, Peter Hall devait laisser entendre qu’il s’attendait à une bonne course de Scorecard qui, sur papier, lui avait-on fait comprendre, constituait sa meilleure chance de la journée. « He ran a nice race as he went very close. He gave me a very good feeling and I think we’ll have a lot of fun with him this season. »
Si Domani « ran tough and good », l’Australien s’est dit quelque peu déçu de Don’t Tell Mama, la jument ressentant le poids de la fatigue sur la fin. « I think she needed the run ».
De Right To Tango, la cravache australienne s’est dit satisfait de sa course dans l’épreuve de clôture. « Unfortunately he had to change course in the home straight but I don’t know if without such interference he would have won. But what I can tell you is that he would have got close. Anyway, he ran a good race overall.»
Pour terminer, Peter Hall nous a confié qu’il ne s’est pas fixé d’objectif précis pour le moment. « You know, the Champ de Mars is a very tricky track. It is a tight turning track and the pace can change at any part of the race. You need a good draw and a good horse to win here. If I can bag a winner every fortnight, I would be happy. »