QUATRE-BORNES—ÉTALS AMOVIBLES: La demande des maraîchers rejetée

La demande de la Stall Holders and Operators Association of Quatre-Bornes Market, regroupant les maraîchers du marché municipal, pour que tous les étals de ce marché soient dotés de tables amovibles a été rejetée hier à une majorité de 9 contre 1, le conseiller Dooshiant Ramlukhun votant contre. C’était lors d’une réunion spéciale du Conseil municipal pour discuter spécifiquement de cette demande.
D'entrée en matière, la maire de Quatre-Bornes, Soolekha Jepaul-Raddhoa, a fait l'historique du litige entre la municipalité de Quatre-Bornes (MQB) et la Stall Holders and Operators Assocation of Quatre-Bornes Market, association qui regroupe les maraîchers du marché municipal de la ville. Elle a rappelé que le contrat pour la rénovation et l'installation de la nouvelle toiture du marché municipal de Quatre-Bornes a été signé le 4 octobre 2016 avec l'entrepreneur. Le 12 janvier 2017, la MQB a reçu une demande d'injonction auprès de Cour suprême de la part de Me Kaviraj Bokhoree pour empêcher le début des travaux. Cette demande avait été rejetée par la Cour suprême. Toutefois, un accord avait été conclu entre les deux parties basé sur trois conditions : d'abord que les travaux seraient effectués en deux phases et que les maraîchers, dans la première partie du marché, seraient transférés temporairement sur le parking à l'arrière du marché. De même, les travaux allaient commencer à partir du  16 janvier 2017. Deuxième condition : que les marchands allaient encourir les frais pour recouvrir le site temporaire au parking et que le conseil allait les rembourser à hauteur d'un maximum de Rs 150 000 par mois. Et enfin que la municipalité allait allouer aux maraîchers de nouveaux étals de la même dimension que ceux existant actuellement, le même espace de travail et le même alignement.
« La Phase I a été complétée et inaugurée le 24 juin 2017. Les travaux de la Phase II ont débuté en juillet 2017 pour être complétés le 17 octobre prochain. D'où l'urgence de ce conseil d'aujourd'hui pour discuter de cette demande », a précisé la maire. « Suivant les spécifications qui lui ont été soumises, le contracteur devait installer 304 étals permanents dans la Phase II », a-t-elle ajouté.
Toutefois, a poursuivi la première magistrate de la Ville de Fleurs, les maraîchers ont fait une proposition à l'effet que les tables des étals de marchands de tissu et de rideaux soient amovibles. Une réunion pour discuter de cette demande a eu lieu le 2 octobre dernier et une visite des lieux le lendemain, suivie d'une autre réunion le 4 octobre. « La proposition initiale de l'association des maraîchers était que seuls les tables des étals des merciers soient amovibles », a précisé Soolekha Jepaul-Raddhoa.
« Or, dans une lettre en date d'hier (le 9 octobre, Ndlr), les maraîchers demandent maintenant que toutes les tables des 304 étals de la Phase II soient amovibles. D'où l'urgence de ce conseil d'aujourd'hui avant l'échéance du 17 octobre pour la livraison du site par le contracteur », a expliqué la maire. Soolekha Jepaul-Raddhoa a ensuite informé le conseil des recommandations du Public Health Department : « Le département de la santé publique estime qu'il y aura un risque d'endommager ces tables par trop de manipulations et qu'il y a risque de vols de ces tables. En outre, les marchands de légumes pourront être tentés de ne pas utiliser ces tables amovibles et d'utiliser leurs propres structures, qui ne seraient pas de la même dimension que les étals existants, de même que l'alignement ne sera pas respecté et que cela crée un chaos dans le bazar. Et enfin, il y a un risque certain de tensions entre les marchands en produits de merceries et les marchands de légumes si les merciers ne remettent pas ces tables amovibles à leur place après utilisation », a-t-il élaboré.
« Je suggère que nous nous en tenions à l'accord initial à l'effet que seul les tables des marchands de tissus et de rideaux soient amovibles », a lancé la maire avant d'inviter les conseillers à prendre la parole. Les conseillers Siam Sookun, Guy Troylukho, Nagen Mootoosamy, Rajendra Isram et Vishnoo Goopaloodoo et Usha Koontee Devi Soundur ont soutenu tour à tour la proposition de la maire. Le conseiller Dooshiant Ramluckhun a, lui, nuancé ces propos et s'est abstenu au moment du vote. La maire et son adjointe, Pamela Ayacanou, ont voté pour le statu quo.