Cette vingt-cinquième journée a vu Jean-Michel Henry, Rameshwar Gujadhur et Amardeep Sewdyal s’approprier les plus grosses parts du gâteau en la faveur d’un doublé chacun. Le premier nommé s’est offert l’épreuve principale grâce à Oomph qui a surclassé le champ à l’issue d’un finish époustouflant. Alain Perdrau et Vincent Allet ont tiré leur épingle du jeu grâce à Kalinago et Chaleston Hero respectivement.
Si sa dernière victoire face à Act Of Loyalty a été assez laborieuse, Oomph a démontré qu’il n’avait pas usurpé son titre chez les 3-ans en surclassant ses adversaires du jour parmi lesquels figurait également son récent dauphin. Malgré le port du Monty Roberts Blanket, Oomph s’est montré lent à l’ouverture des boites, mais Cédric Ségeon l’a sollicité pour le placer sur les barres derrière Fortissimo. Comme il fallait s’y attendre, Streetbouncer a démontré un meilleur pas initial qu’Unbridled Joy, qu’il a débordé au premier passage du but pour se porter en tête. La nouvelle unité Belenos s’est montré ardente et elle a été retenue pour demeurer sur l’arrière-main du meneur. Candy Rock est parvenu à trouver les barres derrière Unbridled Joy après environ 300m de course, permettant ainsi Act Of Loyalty de se rapprocher en one off dans le premier tournant. Oomph était huitième, ne précédant que New Hampshire et Awesome Power. On a eu droit à une allure modérée. Les positions sont demeurées pratiquement inchangées jusqu’au poteau des 600m où le meneur a durci l’allure. A ce moment de la course, Oomph a été mis sous pression afin de reprendre son mors. Act Of Loyalty était toujours en main et Arnold, fidèle à son habitude, s’est montré très patient, attendant l’entame de la ligne droite pour se mettre en évidence. A son intérieur, Candy Rock et Unbridled Joy se sont montrés très accrocheurs, mais lancé à son extérieur, Oomph a fait la meilleure impression refaisant du terrain à chaque foulée. A 100m du but, l’issue ne faisait déjà plus de doutes. Le cheval de Jean-Michel Henry a prolongé son effort pour se détacher, reléguant à 4L Unbridled Joy et Act Of Loyalty qui n’ont pu être départagés pour la deuxième place. Ségeon a été sanctionné d’une amende de Rs 5 000 pour avoir excessivement manifesté sa joie après ce succès. Candy Rock a confirmé sa bonne dernière course en prenant la quatrième place devant Mr Leyend. La déception est venue de New Hampshire, qui a couru en net progrès à sa dernière tentative sur 1400m. Longtemps aperçu parmi les derniers, il n’a jamais pu changer de vitesse et son cavalier a préféré baisser les rênes à mi-ligne droite. Le vétérinaire a rapporté que New Hampshire boitait et qu’Act Of Loyalty ne s’étendait pas correctement après la course.
Auparavant, Jean-Michel Henry est sorti sur la grande piste pour accueillir Black Gambit à l’issue de l’épreuve d’ouverture. Ce cheval effectuait sa reprise 2017 et était confié à Rakesh Bhaugeerothee, malheureux deux semaines plus tôt sur un autre cheval de la même écurie, Craftsman. A l’occasion, Black Gambit s’était fait de nombreux partisans, sa côte passant de Rs 2 500 à Rs 1 200 chez les bookies. Mettant à profit sa première ligne, il a obtenu un parcours limpide en cinquième position à l’intérieur d’Agincourt. Lorsque Bridegroom Bertie et Lividus ont déboité dans le dernier virage, il a obtenu le boulevard à la corde, et sous la conduite de Bhaugeerothee, il a grignoté du terrain à chaque foulée pour revenir sur Villa Le Blanc, qui avait mené les débats. Si l’apprenti Deenath devait initialement être en selle sur le cheval d’Amardeep Sewdyal, il a dû déclarer forfait suite à un malaise durant la journée de vendredi. Le claimer Alvinio Roy était appelé à le suppléer. Si l’apprenti a fait le nécessaire pour prendre le train à son compte, on trouve qu’il aurait pu laisser souffler sa monture dans la descente. Si cela avait été le cas, il est certain que Villa Le Blanc aurait pu se montrer encore plus accrocheur et aurait pu permettre à son entraîneur de réussir 100% de réussite. La sirène avait retenti pour annoncer l’ouverture d’une enquête des commissaires sur un incident à 100m du but. Si l’apprenti Allyhosain a été justement réprimandé pour avoir tenté de s’infiltrer entre Bridegroom Bertie et Lividus, causant une bousculade, il faut dire qu’au départ ces deux chevaux ont légèrement changé de trajectoire fermant le passage étroit qu’il y avait entre eux. Cependant, leurs jockeys respectifs n’ont pas été inquiétés par les commissaires.
Amardeep Sewdyal s’est bien rattrapé avec ses deux autres partants de la journée Victory Team et Brave Leader. Le premier nommé n’avait été battu que par Beat The Retreat lors de la 21e journée dans une course de Groupe 3. Certes, il ne portait que 52kg ce jour-là, mais son entraîneur avait vu juste en confiant cette monte à Jameer Allyhosain qui bénéficie d’une remise de 4kg. Il n’avait contre lui que le fait de s’élancer de la septième ligne, mais il a surmonté ce handicap sans difficulté vu que Moonlight Runner ne s’était pas montré aussi rapide qu’espérait et que Beluga qui s’était montré aussi rapide que lui, n’a pas insisté à son intérieur. Une enquête a d’ailleurs été ouverte sur le handling de Beluga. Patrick Merven a expliqué que son cheval a tendance à tirer lorsqu’il est sollicité au départ, d’où les instructions de suivre derrière Moonlight Runner et Victory Team sans lui demander un effort. Après avoir écouté les explications de Chisty également, les commissaires ont décidé de ne pas aller de l’avant, mais ils ont avisé le jockey indien de faire en sorte à ce que ses montes ne soient plus questionnées.
22.6% de réussite
En se rabattant à la corde, Victory Team a incommodé Beluga, qui a dû être repris. Allyhosain a plaidé coupable de « careless riding » et il a écopé d’une suspension d’une journée locale. Une fois en tête, il était évident que Victory Team serait difficile à remonter. Beluga était déjà mis sous pression dans le dernier virage pour se rapprocher, tandis que Allyhosain a attendu la fin des false rails pour faire son effort. Victory Team a maintenu le rythme pour l’emporter facilement devant Racing For Fun qui a coiffé Beluga pour la deuxième place.
C’est Swapneal Rama qui pilotait Brave Leader dans l’épreuve de clôture, qui a offert le doublé à Amardeep Sewdyal. Ce dernier en profitait pour porter son compteur à 12 victoires et passer de la 12e à la 10e place au classement général. On note qu’au niveau du taux de réussite, il est en tête avec 22.6% devant Rousset (19.9%). Ce qui est encourageant pour l’entraîneur qui bénéficie du soutien de Philippe Henry. Pour revenir à Brave Leader, il restait sur deux victoires consécutives sur 1400m dans des classes inférieures. Les 100m additionnels étaient à son avantage, mais sa septième ligne a constitué un handicap non négligeable, d’autant qu’il avait à son intérieur le véloce Bezamod. Pour son retour en compétition après plus d’une année, Powder Keg a montré un bon pas initial pour s’emparer de la position tête et corde avant de laisser déborder par Bezamod. Brave Leader a été sollicité sur environ 500m avant de s’installer aux commandes. Une fois les choses en main, Rama a pris le soin de ralentir l’allure, causant plusieurs incidents. On a d’abord vu Emamdee ramener Bezamod. A l’arrière, Powder Keg, Logan et Vintage Angel ont dû être repris, le représentant de Simon Jones butant même lorsqu’il s’est retrouvé sur les talons de Logan. Au 900m, Right To Tango, qui se montrait ardent, a dû être repris pour éviter les talons de Rebel Alliance, et il s’est retrouvé en troisième épaisseur vu que Vintage Angel s’était rapproché à son intérieur. Mexican Sun s’est également montré ardent dans la descente. Puisque Powder Keg se montrait trop entreprenant lorsque Brave Leader réalisait 12.19 entre les 800m et les 600m, Sooful n’a eu d’autre choix que de déboiter sa monture à qui il a filé les rênes, mais il a été forcé en épaisseur vu qu’Emamdee a également décalé Bezamod. Ayant pu laisser souffler sa monture, Rama lui a demandé un nouvel effort peu avant la rue du gouvernement afin de contrer les assauts de ses adversaires. Sentant venir de danger de Bezamod, Rama a sorti sa cravache, ce à quoi Brave Leader a réagi tout en versant quelque peu à l’extérieur, mais il a mis la tête à l’ouvrage pour repartir et enregistrer sa troisième victoire consécutive.
Première de ?l’ancien Golden Boy
L’entraînement Rameshwar Gujadhur a enregistré deux victoires malgré l’absence de Subiraj Gujadhur du pays. S’il n’avait pas été si ridicule lors de ses deux dernières sorties, Glorious Goodwood n’a fait que confirmer ses bonnes dispositions pour ouvrir son compteur dans la troisième épreuve sous la conduite de Vijay Anand Bundhoo. Prince Lateral, le premier choix de Rameshwar Gujadhur, restait sur une victoire, mais c’était dans une valeur inférieure tout comme le très joué Dealer’s Charm. Cependant, aucun des deux n’a été en mesure de produire l’accélération suffisante pour disputer la victoire. Malgré un mauvais départ, Glorious Goodwood a vite pu se placer dans le dos de Heart Of Darkness, forçant Imperial Dancer à évoluer à l’extérieur. Condamné en troisième épaisseur dans le premier tournant, Valerin s’est rapproché à partir du poteau des 1000m pour se placer sur l’arrière-main du meneur. Bussunt a tenté le coup tactique en démarrant à 400m de l’arrivée et à 150m du but, on le voyait capable d’ouvrir enfin son compteur, mais, s’infiltrant à l’intérieur de Heart Of Darkness en dépit du fait que ce dernier versait à l’intérieur, Glorious Goodwood a refait son retard à vue d’oeil pour forcer la différence. C’était la première victoire 2017 pour l’ancien Golden Boy, Vijay Anand Bundhoo. On s’attendait à une meilleure prestation de Dealer’s Charm, mais ce dernier s’est montré ardent entre les 1300m et les 500m en dépit du fait que l’allure s’était endurcie dans la descente, et il a payé cette débauche d’énergie dans l’emballage final. A noter que Rogue Runner boitait bas, que Melson s’était blessé au paturon et que Cash Lord ne s’étendait pas correctement après la course. Shyam Hurchund a été informé que son cheval devra passer un examen vétérinaire avant d’être autorisé à courir à nouveau.
En remportant la septième épreuve, Ramaas a confirmé qu’il valait plus que sa dernière course où il avait été peu judicieusement piloté par Nooresh Juglall. En effet, ce jour-là son jockey l’avait ramené sur la partie initiale alors qu’il était en mesure de prendre le train à son compte. Cette fois, Emamdee a insisté pour conserver l’avantage à la corde face à Kimberly qui s’était montré légèrement plus rapide à l’ouverture des stalles. Vu que des doutes subsistaient sur la tenue de sa monture, Khathi a pris la sage décision de ne pas insister et de ramener sa monture qu’il a placée dans le dos du meneur. Zagazig faisait l’extérieur de Charles My Boy, mais au premier passage du but, soit dans la montée, Wiggins l’a sollicité pour se rapprocher sur l’arrière-main de Ramaas. Cet effort, il le paya dans l’emballage final. Redwood Valley était quatrième en one off et il s’est fait prendre de vitesse au démarrage de Ramaas à 600 mètres de l’arrivée. Kimberley a fait illusion à mi-ligne droite, mais il a démontré ses limites sur la distance en ne pouvant prolonger son effort jusqu’au bout.
Revoilà Kalinago !
Sur le papier, Mount Fuji et Dark Force étaient les plus en vue au niveau de la cote dans la The City Of Port-Louis Cup, mais la victoire est revenue à Kalinago qui a démontré sa supériorité à ce niveau. A sa dernière sortie, cet élève d’Alain Perdrau avait couru en progrès pour compléter le podium derrière Argo Solo et Melson. Hier, il descendait encore de classe et après son eye catching galop de mardi, il fallait lui accorder une bonne chance malgré sa ligne extérieure. Ramsamy l’a sagement positionné en septième position derrière Mount Fuji qu’il a suivi dans la dernière courbe avant de se mettre en évidence au milieu de la piste dans la ligne droite finale. Interrogé sur la course de Dark Force, qui était le favori, Pengelly a expliqué que les instructions étaient de get cover, d’où sa décision de ramener sa monture et de la placer en mid-field. L’Australien a ajouté que son cheval s’est montré ardent avant de se détendre dans la descente et qu’il a manqué d’accélération sur les derniers 300m. L’apprenti Allyhosain a aussi été questionné par les commissaires, mais c’était sans doute pour connaître la raison derrière laquelle Night Chapel a évolué sur l’arrière-main de Pajama Party. Ce dernier a été contraint d’imprimer une allure régulière et vu qu’il retrouvait la compétition après trois mois d’absence, il n’a pu maintenir le rythme.
Convaincant vainqueur une semaine plus tôt, Charleston Hero a remis ça dans la quatrième épreuve qu’il a remportée par plus que 4L. A l’occasion, le cheval de Vincent Allet montait encore de classe, mais il avait pour lui le fait de s’élancer de la première ligne. Tous étaient conscients qu’il serait difficile à remonter s’il se retrouvait seul en tête. On se demande alors pourquoi Arnold, qui est sans conteste un des jockeys les plus intelligents de l’île, n’a pas tenté de disputer le commandement à son compatriote Wiggins vu que Kemal Kavur a remporté ses deux victoires sud-africaines en dictant son propre rythme. Le jockey de l’écurie Gujadhur n’a jamais demandé un effort à sa monture à l’ouverture des boîtes et il a choisi de se placer tranquillement dans le dos du favori. Ce dernier n’imprimant pas une allure régulière sur les trois premiers furlongs, Kemal Kavur s’est montré ardent en plusieurs occasions tout comme Jambamman et Roving Jet. Emaar s’est placé sur l’arrière-main du meneur et il lui était également possible de mettre la pression sur le meneur sur la partie initiale au lieu d’attendre les derniers 600m pour le faire. Ayant pu courir librement en tête, Charleston Hero a gagné en roue libre à nouveau. Kemal Kavur a ravi la deuxième place à Emaar malgré une monte timide d’Arnold dans la ligne d’arrivée.