Somduth Dulthumun, président de l’Hindutva Movement, demande au leader du Parti travailliste (PTr), Navin Ramgoolam, de « présenter ses excuses » à la communauté hindoue pour ses propos tenus lors d’un rassemblement public, où il avait dit qu’il « faut donner à boire de l’eau bouillie avec de l’argent à une personne mourante qui ne veut pas se séparer de ses sous pour que son âme repose en paix ». Navin Ramgoolam se référait à sir Anerood Jugnauth dans ses propos.
Rencontrant la presse mercredi à Asso Villa, à Belle-Mare, Somduth Dulthumun, qui était en compagnie des dirigeants de l’Hindu Common Front, a affirmé que s’il ne présente pas ses excuses à la communauté hindoue, « des actions qui s’imposent seront prises » à son encontre. « Je ne suis pas en train de dire qu’il ne faut pas voter pour lui mais des sanctions seront prises en temps en lieu s’il ne présente pas des excuses », a-t-il précisé.
Pour lui, le leader du PTr a commis « une erreur grave » en faisant une incursion dans la région hindoue. « Li finn dir ki kan enn dimoun mor so lavi pa sorti osi lontan ki pa bouyi larzan dan enn catori, apre sa pran sa delo la fer sa dimounn ki pre pou mor bwar li », a-t-il déclaré. C’est à cette condition que finalement la personne mourante quitte ce bas monde, selon lui. « C’est totalement faux et c’est grave, surtout lorsqu’on a constaté que beaucoup de gens ont ri lorsqu’ils ont entendu les propos de Navin Ramgoolam. Cela équivaut à une bouffonade à la religion hindoue. Il a ridiculisé la communauté hindoue », a-t-il dit. « Il nous a ridiculisés. Je réitère mon appel pour qu’il présente ses excuses à la communauté hindoue car au cas contraire nous allons prendre des sanctions à son encontre. Le pardon existe dans la communauté hindoue. Mais il faut que la personne qui a commis une erreur vienne de l’avant en toute humilité et présenté ses excuses », a déclaré Somduth Dulthumun.
Ce dernier a aussi déclaré que sa missive ne s’applique pas uniquement à Navin Ramgoolam. « Si demain un autre politicien ridiculise n’importe quelle communauté, ce dernier me trouvera sur son chemin pour défendre ladite religion », a-t-il dit en présence de Kunal Kumar Caullychurn et Sanjay Proag, respectivement secrétaire du Hindutva Movement et président du Vaish Common Front. Ces derniers ont demandé à Navin Ramgoolam d’indiquer où il est écrit que ce rituel est pratiqué pour libérer l’âme d’une personne mourante.