Les hôtels qui ne soumettent pas leur plan de sécurité d’ici la fin de juin 2013 ne verront pas leur permis renouvelé. « The licences which do not comply with this requirement will not be renewed. » C’est ce qu’a souligné le Premier ministre, Navin Ramgoolam, hier lors du Prime Minister’s Question Time, au Parlement. C’était en réponse à une question de la députée mauve Josique Radegonde-Haines au sujet de vols sur des touristes à Bel-Ombre. Le Chef du gouvernement a toutefois estimé que « Mauritius remains a safe place » pour les touristes. Il a par ailleurs annoncé que le gouvernement se penche sur la possibilité d’amender la loi pour que les déclarations des touristes ayant déjà quitté le pays puissent être disponibles et utilisées en cour.
« Le ministère du Tourisme a déjà informé tous les hôtels n’ayant pas soumis leur plan de sécurité de préparer un plan de sécurité. Ceux qui ne soumettent pas ce plan d’ici fin juin 2013 ne verront pas leur permis renouvelé », a souligné Navin Ramgoolam. C’était suite à une interpellation du leader de l’Opposition, Alan Ganoo, qui soutenait que nombre des suspects de vols sur touristes sont des personnes travaillant avec ces derniers et s’il ne pensait pas que l’accent devrait être mis sur l’éducation et la sensibilisation des employés.
La question initiale revenait à la députée Radegonde-Haines qui voulait connaître le nombre de cas de vols sur des touristes dans les hôtels et dans d’autres sites de Bel-Ombre durant les trois dernières années et les mesures prises pour améliorer la sécurité des touristes. Le Premier ministre a d’abord déclaré que Maurice demeure un lieu sûr en termes de sécurité pour les touristes. Mais, que « nous ne sommes pas complètement immunisés contre des cas de vols sur les touristes même s’il sont relativement peu ». Par ailleurs, a-t-il ajouté, les touristes, souvent, ne prennent pas de précautions de base. « Parfois, ils laissent leurs affaires sur la plage. Souvent, les portes restent ouvertes et leur argent sur la table. Ce sont des précautions de base que chacun devrait prendre. »
Le Chef du gouvernement a indiqué qu’en 2011, il y a eu 16 cas de vols sur des sites hôteliers de la région et 2 autres cas sur des sites autres que des hôtels à Bel-Ombre. En 2012, dans ces deux endroits respectifs, le nombre de cas enregistrés étaient de 22 et 0. Et, de janvier au 23 mai 2013, 19 et 2.
S’agissant des mesures additionnelles en vue de renforcer la sécurité des touristes, le Premier ministre a indiqué à la députée Radegonde que « la sécurité au sein d’un hôtel particulier rests with the management of the hotel ».
Le Premier ministre devait ajouter que depuis mai 2012, plusieurs mesures de sécurité dans les hôtels sont imposées par le ministère du Tourisme. Parmi, il y a la surveillance assurée par un personnel de sécurité formé sur une base 24/7 ; des caméras de surveillance ; le nombre du personnel de sécurité et les normes de sécurité devant être établis par un consultant en matière de sécurité ; un digital safe dans chaque chambre ; un certificat de moralité pour les employés et une brochure, dans chaque chambre, faisant état des précautions de base à être prises par les touristes.
Dans une interpellation supplémentaire, la députée mauve devait montrer au Premier ministre que souvent, la Police arrive sur le lieu après que le crime a été commis et lui a ainsi demandé s’il n’était pas possible de renforcer le personnel de la police à Bel-Ombre. Navin Ramgoolam a indiqué qu’il y a déjà 21 policiers hommes et 5 policiers femmes qui y sont affectés mais qu’il en tiendrait compte avec le Commissaire de Police.
La députée du MMM a par ailleurs demandé au Premier ministre s’il ne serait pas possible d’installer des caméras de surveillance dans la région de Bel-Ombre. Ce, à quoi, l’Opposition, suivie du député du MMM, Veda Baloomoody, devait trouver matière à raillerie : « Pa met sa bann fos kamera-la ! »