Malgré une hausse de 6,6 % et des recettes de Rs 60 milliards prévues cette année, certains événements peuvent affecter négativement la performance du secteur touristique. De ce fait, la prudence est de mise pour que Maurice demeure toujours une destination de choix.
« Un événement tout comme un petit grain de sable risque de faire dérailler la machine », a soutenu le ministre du Tourisme, Anil Gayan, lors de la troisième édition des VLH Excellence Awards 2017, tenue jeudi soir au Château de Labourdonnais à Mapou. Selon lui, l’industrie touristique locale « démontre sa satisfaction aujourd’hui », de par les efforts qui ont été faits pour valoriser et d’accroître l’attractivité de l’île Maurice comme une destination de choix. Toutefois, l’opération normale de l’industrie peut être affectée par des faits et il ne faut pas les écarter. Évoquant l’assassinat de la Sud-Africaine Lara Rijs dans son appartement à Pereybère il y a quelques semaines, Anil Gayan dit condamner ce crime, mais précise toutefois que « notre pays est une destination hautement sécurisée ». Cependant, la fragilité de l’industrie est palpable. « Nous avons la responsabilité de protéger et de préserver cette industrie. Elle est belle, mais vulnérable », ajoute-t-il.
Le secteur est aussi confronté à des défis, et ce « malgré une croissance soutenue ». En ce sens, il a cité la concurrence des autres destinations, la nécessité d’une formation appropriée, le « manque d’intérêt des jeunes », les activités accessoires, entre autres, qui posent un risque pour l’industrie. Pour que Maurice continue de tenir la tête hors de l’eau, la vigilance et l’innovation sont les deux éléments qui doivent primés. « L’industrie est dynamique et nous devons être vigilants et innovants », a affirmé le ministre. Parlant du manque d’intérêt des jeunes pour une carrière dans le tourisme, Anil Gayan a demandé aux hôteliers d’offrir un environnement qui peut les attirer. Ces jeunes, selon lui, peuvent commencer leur carrière au bas de l’échelle et gravir les échelons pour des postes plus importants. Par ailleurs, pour maintenir la qualité des services, Anil Gayan a plaidé pour une rénovation continuelle des hôtels.
Lors de cette soirée, le ministre a lancé l’idée d’une certification locale pour les hôtels. Selon lui, Maurice peut agir comme une référence au lieu d’aller chercher une certification internationale. « Ayons confiance en notre savoir, notre connaissance et notre talent », a-t-il déclaré, ajoutant que l’expertise étrangère peut être sollicitée dans un premier temps si l’industrie va dans cette voie.