WORLD ISLAMIC ECONOMIC FORUM: La 14e édition se tiendra à Maurice

La 14e édition du World Islamic Economic Forum (WIEF) se tiendra à Maurice. C’est ce qu’a annoncé hier après-midi le président de cette organisation internationale, Tun Musa Hitam, qui a rencontré au préalable le Premier ministre, Pravind Jugnauth. « J’ai invité le Premier ministre au forum de cette année, qui aura lieu en Malaisie en novembre prochain. Il pourra ainsi annoncer que Maurice prend le relais pour 2018 », indique-t-il.
Le WIEF, précise le président du WIEF, « n’a rien à voir avec la religion ou la politique », ajoutant : « On discute uniquement business, business et business. » Il estime que le forum devrait permettre à Maurice d’être un “hub” entre l’Asie et l’Afrique et de bâtir des liens au niveau international. « On se préoccupe actuellement à Maurice du sort des Petites et moyennes entreprises (PME). Dans ce forum, nous nous en occupons davantage. Des PME sont d’ailleurs invitées à y participer », souligne-t-il, avant d’ajouter :
« Le changement perturbateur est inévitable dans le monde d’aujourd’hui. Il peut entraîner des transformations économiques massives dans les années à venir. Le forum de cette année examine justement comment les technologies perturbatrices peuvent changer notre monde, de même que leurs bénéfices et leurs défis, tout en offrant des conseils de manière générale. Le partage des connaissances figure aussi en bonne place afin d’aider les politiques et les capitaines d'industries de même que d’autres institutions à y répondre. »
S’agissant du WIEF, une organisation à but non lucratif basée à Kuala Lumpur, en Malaisie, Tun Musa Hitam soutient qu’il essaye de mettre en place une plateforme pour la promotion des petites économies, de bâtir la résilience et d’encourager la collaboration et le partenariat au sein du secteur des PME. « C’est un endroit idéal pour un échange de points de vue, de connaissances et d’expériences, pour promouvoir des solutions innovatrices et durables entre les leaders du monde, les capitaines d’industrie, les académiciens, les leaders d’opinion et experts en affaires ainsi que des défis et opportunités qui entourent la consommation mondiale », a-t-il expliqué.