Il range en silence ses documents pour libérer ses quartiers aménagés au sein de la Newton Tower, dans la capitale. Il est 14h. Face à la presse conviée en ce jour spéciale, Nando Bodha, de derrière son bureau reluisant, se contente de brandir le communiqué qu’il a émis plus tôt ce samedi : « Ce matin, j’ai soumis ma démission en tant que ministre et également de toutes les instances du MSM ».

Celui qui avait juré allégeance à Jugnauth père se sépare de Jugnauth fils, confirmant ainsi les rumeurs persistantes de son départ. Et réagissant sans doute aux appels de l’opposition à son égard.

Félicité par certains, conspué par d’autres, Nando Bodha explique que « les idéaux et principes fondamentaux qui m’ont guidé depuis mon engagement avec Sir Anerood Jugnauth ne sont plus là », et ce, « à ma grande déception ».

Il quitte le lieu, le sourire aux lèvres.

Pris de court.

A quelques rues, la colère et l’incompréhension couvent sous des sourires crispés, des visages tendus. Débarquant par autobus mis à leur disposition, les troupes orange  patientent devant le quartier général du MSM pour un rassemblement élargi annoncé depuis une semaine.

La nouvelle de la démission de Nando Bodha les a visiblement pris de court. Mais ils ne sont pas les seuls.

A la radio la veille, l’Attorney General Maneesh Gobin devait affirmer que Nando Bodha « est toujours là ». Faisant comprendre que ce dernier prendrait même la parole au Sun Trust le lendemain.

C’est ce qu’aurait laissé transparaître le démissionnaire lors d’une réunion auprès des siens, comprend-on lors de l’intervention du Premier ministre au Sun Trust, après qu’il ait repris ses esprits.

Car plus tôt, la nouvelle de la démission du secrétaire-général du parti a créé une onde de choc durant une cérémonie de « handing over of title deeds » à Rivière-du-Rempart. Face à la presse, le Premier ministre renvoie un sourire et gagne sa voiture sous escorte.

Pour l’heure, la réplique vient du ministre des Arts notamment, qui affirme que ce développement n’ébranle nullement le parti.

« Commencement de la fin »

Entre-temps, « le courage » de Nando Bodha est salué unanimement par l’opposition, qui lui tendait la main.

Et ce, en raison notamment des révélations et des secousses survenant à travers l’affaire Kistnen, soit le meurtre d’un agent du MSM qui menaçait de dénoncer des pratiques jugées corruptrices dans des exercices d’appel d’offres du gouvernement.

« Il y a un seuil de tolérance qu’une personne comme Nando Bodha ne peut dépasser », commente le leader de l’opposition, Arvin Boolell.

Lire également : Après la démission de Nando Bodha – La fin d’un certain MSM

L’activiste Bruneau Laurette, lui, considère que le démissionnaire a « agi en tant que gentleman ». Alors que le député de l’opposition Shakeel Mohamed estime qu’« il a tourné le dos à un leadership qu’il ne reconnaît plus ».

De plus, l’aile jeune du PMSD, rencontrant la presse, soutient que « Nando Bodha est le bienvenu dans les rangs des compatriotes qui luttent pour le pays ». Tandis que Me Rama Valayden, homme de loi de la famille Kistnen, se dit « heureux que son bon sens est prévalu ».

Plus tard, soit vers 14h30, ce sera au tour du leader du MMM, Paul Bérenger, au terme de la réunion du comité central, de déclarer que « c’est le commencement de la fin pour le gouvernement Jugnauth ». 

« Je ferai de toi un PM ».

Au même moment, le Premier ministre prend la parole au Sun Trust. Remonté, Pravind Jugnauth réclame à Nando Bodha de « rendre le ticket » qui lui a été remis pour participer aux élections générales de 2019 sous la bannière du MSM.

« Mo ti atann omwin li zwenn mwa ou donn mwa enn call avan. Li pa finn ena kouraz pou vinn fas a fas pou dir mwa li pe ale », lance-t-il.

« Depuis quelques temps, Paul Bérenger pe lastik Nando Bodha. Et vous savez que Bérenger n’a qu’un seul appât : ‘Viens, je ferai de toi un Premier ministre' », ajoute le chef du gouvernement.

Lire également : Bodha met fin à 40 ans de fidélité aux Jugnauth

A ses côtés, le ministre du Commerce Yogida Sawmynaden, poursuivi pour le délit allégué d’emploi fictif et cité dans l’affaire Kistnen, s’efface du champ des caméras. D’autres députées le remplacent et posent toute sourire avec le Premier ministre au terme du rassemblement.

Vers la fin de l’après-midi d’hier, le portefeuille des Affaires étrangères est attribué au ministre du Transport, Alan Ganoo.

Une page du MSM d’antan semble être tournée. Le nouveau chapitre s’écrirait désormais à l’encre de Lakwizinn.