Le ministre du Commerce, Yogida Sawmynanden, à son arrivée en cour le mardi 29 décembre dernier

Ce vendredi 29 janvier marque la reprise de la Private Prosecution dans l’affaire d’emploi fictif de Constituency Clerk au No 8. C’est en Cour de Port-Louis que le ministre du Commerce, Yogida Sawmynaden se présentera pour la quatrième fois.

Pour rappel, des fichiers de la Mauritius Revenue Authority confirment que le ministre Sawmynaden a déclaré que Shakuntala Kistnen occupait le poste de Constituency Clerk de Quartier-Militaire/Moka (No 8). Toutefois, cette dernière n’aurait jamais occupé cette fonction.

À cet effet, Shakuntala Kistnen a déposé une plainte à l’ICAC et logé une Private Prosecution contre le colistier du Premier ministre, Pravind Jugnauth au No8, Yogida Sawmynaden.

Pour rappel, à la dernière comparution du ministre Sawmynaden, le 12 janvier, le représentant du bureau du DPP avait demandé le renvoi du procès pour donner du temps à la police de continuer l’enquête qu’elle aurait déjà commencé et qui été en ‘fast progressing’. Un dossier d’enquête devait arriver rapidement au bureau du DPP. Cela suite à une conversation entre le bureau du DPP et le DCP Jangi. L’affaire avait donc été renvoyée à aujourd’hui.

Entre-temps, des voix s’élèvent contre la police et l’ICAC qui n’ont pas encore pris la déposition du ministre Sawmynaden à ce sujet, malgré les plaintes et les informations fournies par Simla Kistnen et ses avocats.

Lors d’une déclaration à la presse le temps d’un point de presse, le DCP Jangi a déclaré « on nous a volé l’enquête ».

Après les plaidoiries de Me Sanjeev Teeluckdharry et de Me Roshi Badhain ce jour, la magistrate devra statuer sur la provisional Private Prosecution elle-même. Le DPP, représenté par Me Abdool Raheem Tajoodeen, avait annoncé sa décision lors de l’audience du 29 décembre dernier. « A private individual can only enter a private prosecution by way of an info not by way of a provisional charge. Therefore, the provisional charge is void ab initio », avait déclaré le représentant du DPP.

Pour rappel, lors de la dernière comparution, un groupuscule menaçant avait circulé librement aux abords de l’institution judiciaire malgré la présence des forces de l’ordre. Incident qui avait fait monter une certaine tension aux abords de la  cour intermédiaire.

Par ailleurs, à la deuxième comparution du ministre du Commerce, le 7 janvier, le déploiement d’éléments armés jusqu’aux dents de la Special Mobile Force (SMF), de la Special Support Unit (SSU) sans compter des Snipers du Groupement d’Intervention de la Police Mauricienne (GIPM), dans le périmètre de la New Court House à Port-Louis, n’est pas passé inaperçu.