Sanjeev Sangam, "l'homme en vert" (à gauche)

A la suite de la manifestation illégale des partisans du MSM tenue devant la cour de Mahébourg le vendredi 21 août, lors de la comparution des ministres Ramano et Maudhoo, une Precautionary Measure a été logée contre un des manifestants hier, lundi 24 août.

La plainte est dirigée contre Sanjeev Sangam, « l’homme en vert » qui scandait « napa tous nou Sudheer ».

C’est un habitant de Flacq, âgé de 48 ans, qui a déposé cette Precautionary Measure au poste de police de Mahébourg en présence de ses deux avocats.

Dans sa déposition, le plaignant soutient qu’il marchait aux abords de la Cour de district de Mahébourg vendredi quand il a vu des habitants de Flacq – qu’il dit connaître – participer à une manifestation en soutien au gouvernement et au Premier ministre.

Il affirme que Sanjeev Sangam tenait des banderoles et provoquait un groupe de personnes présentes sur les lieux en leur lançant à de multiples reprises : « Pa tous nou Soudhir, MSM for e nou soutenr nou gouvernman. Nou pa per bann Maybourzwa ».

De plus, il a indiqué que les partisans du MSM bloquaient la route et, en raison du bruit qu’ils faisaient, menaçaient de déranger les travaux de la cour.

Le plaignant ajoute avoir été choqué qu’aucun policier présent n’ait tenté de contrôler les manifestants, se demandant si ces derniers avaient obtenu la permission requise pour tenir une telle manifestation.

Pour rappel, la manifestation illégale des partisans du MSM a été tenue devant la cour de Mahébourg vendredi en soutien au ministre de l’Environnement, Kavi Ramano, et au ministre de la Pêche, Sudheer Maudhoo, contre qui une Private Prosecution a été logée en raison de la gestion de l’Oil Spill provoqué par l’échouement du MV Wakashio.

Les partisans du MSM ont été confrontés par des habitants de la localité et des hommes de la mer, dont le destin a été boulversé par l’Oil Spill.

Samedi, les frères Dardenne, skippers de Trou d’Eau Douce, ont été arrêtés vers les 6h dans la matinée suite à une plainte express logée par des proches d’un membre du MSM peu avant 1h du matin.

Ils ont passé la nuit en cellule et ont été libéré le lendemain. En cour lundi, leurs avocats devaient indiquer qu’aucun mandat d’arrêt n’avait été émis pour justifier leur arrestation.