- Publicité -

Transparence au sein de la MIC : XLD exige des réponses du gouvernement

« Power corrupts; absolute power corrupts absolutely ». Il est donc de son devoir d’exiger des réponses concernant l’opacité autour des transactions de la Mauritius Investment Corporation (MIC). Cela, le leader de l’opposition n’en démord pas, devait-on comprendre lors de la conférence de presse tenue hier.

- Publicité -

Après les réponses « insatisfaisantes » du ministre des Finances, Renganaden Padayachy, à la PNQ axée sur la transparence au sein de la MIC, Xavier-Luc Duval attend du Grand Argentier qu’il fournisse des réponses quant aux transactions approuvées par cette filiale de la Banque centrale.

Selon XLD, un flou subsiste autour des Rs 30 milliards que la MIC a accordé à certaines compagnies privées. Comme il s’agit de la fortune amassée du pays, en l’occurrence, l’argent des contribuables, le gouvernement devrait venir avec des explications sur le sujet, a soutenu le leader de l’opposition.

« Il n’y aucun Standing Order existant qui empêcherait un ministre de répondre s’il le souhaite », a soutenu le leader de l’opposition. « Pa pran Morisien pou idio », a fustigé XLD.

Pour rappel, hier lors de la PNQ, le ministre Padayachy a brandi le bouclier de la confidentialité pour éviter de donner des détails sur les transactions de la MIC, filiale de la BoM qui distribue de l’argent – puisé des réserves de la Banque centrale – notamment aux entreprises en difficulté durant la pandémie.

Durant la séance, le chef de file du PTr au parlement, Arvin Boolell, a été expulsé et suspendu pour huit séances après un échange avec le Speaker. Ce dernier s’était également appuyé sur le respect de la confidentialité face aux questions du leader de l’opposition sur l’usage des fonds de la BoM.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour