L’Union européenne (UE) a renouvelé sa volonté de soutenir Maurice dans ses efforts en vue de passer d’un pays à revenus intermédiaires à celui d’un pays à revenus élevés. C’était lors du 5e dialogue politique entre Maurice et l’Union européenne qui s’est tenu à l’Opium, Réduit. La délégation européenne, dirigée par l’ambassadeur de l’UE Marjaana Sall, était accompagnée des représentants de cinq pays européens dont la Grande Bretagne et la France alors que celle de Maurice était dirigée par le ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo.
Les deux parties ont insisté hier sur le fait que le partenariat entre Maurice et l’UE dépasse la dimension purement monétaire et d’aide pour se situer sur des valeurs partagées.
Vishnu Lutchmeenaraidoo a souligné l’importance du principe du dialogue entre l’île Maurice et l’Union européenne. « Le dialogue est un élément essentiel du processus de développement et d’élaboration des politiques. Maurice partage avec l’UE les fondements d’une appréciation de la démocratie et d’un haut niveau de respect pour l’être humain. L’île Maurice est au carrefour, mais aussi l’UE, et il faut déplacer notre relation au-delà d’un partenariat donateur-bénéficiaire vers un partenariat à part entière. L’amitié entre l’île Maurice et l’UE va au-delà de l’argent et des projets et elle est enracinée dans la poursuite mutuelle des valeurs partagées. Nous sommes liés ensemble », devait souligner le ministre des Affaires étrangères.
Marjaana Sall a abondé dans le même sens, affirmant que le dialogue Maurice/Union européenne « reflète des relations larges et solides entre l’UE et Maurice ». Elle a rappelé qu’au cours des dernières décennies, l’UE a accompagné Maurice dans ses réformes sociales et économiques. « Aujourd’hui l’UE est le premier partenaire commercial de Maurice. C’est un bon reflet de la valeur ajoutée de l’accord de partenariat économique que l’UE a avec Maurice », a-t-elle souligné. Elle a ajouté que ce partenariat s’est également élargi pour toucher de nombreux domaines dont la gouvernance des pêches et des océans, les migrations, les changements climatiques, l’intégration régionale, la sécurité maritime et la vulnérabilité des petits États insulaires en développement. « Aujourd’hui pour renforcer encore ce partenariat global au-delà de la dynamique de l’aide au développement en promouvant des valeurs et des intérêts partagés, nous avons identifié deux domaines à savoir l’égalité entre les sexes et le changement climatique dans lesquels nous améliorerons notre dialogue politique et notre coopération ».
Les Parties ont échangé leurs vues sur les développements nationaux à Maurice et dans l’UE, soulignant l’importance de l’égalité des sexes et de l’autonomisation pour le développement socio-économique. Elles ont convenu d’établir un dialogue sur les politiques dans ce domaine. Elles ont discuté de la manière d’intensifier les efforts visant à éradiquer la violence sexiste et la violence à l’égard des enfants et à promouvoir les droits de l’enfant. En outre, les Parties ont discuté de la question des droits des minorités, rappelant les récents débats dans la société mauricienne sur les droits des personnes LGBT.
L’Union européenne a aussi rappelé que l’abolition de la peine de mort figure parmi ses valeurs fondamentales. D’autres sujets abordés comprenaient la promotion de la bonne gouvernance et le renforcement des processus démocratiques comme la lutte contre la corruption, les réformes électorales, le financement des partis politiques et le financement de la société civile, entre autres.
Les discussions ont également porté sur les mesures visant à promouvoir l’innovation, à stimuler l’activité du secteur privé et l’inclusion. En outre, les Parties ont reconnu le rôle clé des petites et moyennes entreprises (PME) dans le renforcement de l’économie et la création d’emplois essentiels et, par conséquent, ont convenu de la nécessité de soutenir le secteur des PME.
Les relations commerciales Maurice-UE, y compris les perspectives et les opportunités de l’Accord de partenariat économique (APE), ont été passées en revue. L’UE s’est félicitée des mesures prises pour faciliter les affaires et a réitéré sa volonté de soutenir l’île Maurice dans son objectif de devenir un pays à revenus élevés. Trois millions d’euros ont été injectés pour l’élaboration d’un cadre de droits de propriété intellectuelle pour Maurice. Pour sa part, Maurice a souligné sa volonté d’avoir un Accord de partenariat économique à part entière.
L’UE a également encouragé Maurice à profiter pleinement d’une collaboration plus étroite avec La Réunion, notamment par le biais du programme INTERREG V financé par l’UE et pour profiter du potentiel inexploité de la culture et des industries créatives.
La stratégie africaine de Maurice a également retenu l’intérêt des Européens. Maurice pourrait bénéficier de l’aide européenne dans le cadre du Plan d’investissement extérieur de l’UE.
La délégation de l’Union européenne a eu ce matin une séance de travail avec les responsables de la Commission de l’océan Indien.