La voie donnant accès aux autobus à la gare du nord fermée

– La voie donnant accès à la gare routière abritera des marchands ambulants

– Les autobus devront passer par l’autoroute pour entrer à la gare, soit par la voie de sortie

– Des employés d’autobus mécontents crient à l’injustice

La foire de la Place de l’Immigration s’étend au détriment des compagnies d’autobus qui opèrent à la Gare du Nord. De nouvelles structures en vue de reloger les marchands ambulants sont en construction sur la voie qui servait autrefois d’entrée pour les autobus à la gare. Ainsi, les autobus ne peuvent plus accéder à la gare par cette voie. Depuis mardi, tous les autobus doivent accéder à la gare par l’autoroute, plus précisément par la voie de sortie.

Les employés d’autobus opérant à la Gare du Nord ne sont pas au bout de leurs peines. Après l’accaparement de la petite gare de la Place de l’Immigration en février dernier, causant des inconvénients aux chauffeurs pour le stationnement de leurs autobus, maintenant c’est au tour des employés opérant à la grande gare du Nord de se plaindre. Des changements ont été apportés par rapport à l’entrée et la sortie des autobus depuis le mardi 30 avril.

D’après les recoupements d’information, la National Transport Authority aurait déjà informé les compagnies d’autobus opérant à la Gare du Nord de ces déviations depuis plusieurs jours. Toutefois, ce n’est que mardi, soit le jour où les nouvelles règles ont été appliquées que les chauffeurs et receveurs, ainsi que les passagers, ont pris connaissance de ces changements apportés à la Gare du Nord. « Nous étions surpris, voire confus. On ne comprenait pas ce qui se passait, d’autant que les policiers n’ont pas jugé nécessaire d’être présents sur les lieux pour maintenir l’ordre au milieu de ces cafouillages. Même à ce jour, l’absence des policiers sur la gare est déplorée », confient des chauffeurs et receveurs.

« Des changements ont été apportés sans que les chauffeurs et receveurs aient été informés. Depuis mardi, nous n’avons plus accès à la gare par la petite voie qui servait d’entrée. Nous devons désormais passer par l’autoroute et entrer à la gare par la voie qui servait de sortie. C’est un véritable cafouillage. Depuis ces changements, nous prenons plus de temps pour arriver à la gare, surtout pendant les heures de pointe. Pour sortir de la gare de l’Immigration et aller à la Gare du Nord, nous prenons entre 20 à 30 minutes », déplorent des chauffeurs de bus individuels.

De plus, les autobus ne débarquent plus les passagers aux endroits habituels. « Nous devons maintenant déposer les passagers et stationner nos bus à la gare de l’Immigration, en attendant notre prochain parcours. Les choses se compliquent de jour en jour », affirment d’autres chauffeurs. Et d’ajouter qu’ils arrivent toujours en retard en raison d’embouteillages sur l’autoroute. Les employés d’autobus crient à l’injustice. « Les autorités ne peuvent reloger des marchands ambulants à gauche et à droite au détriment des employés d’autobus opérant Place de l’Immigration. Nous ne sommes pas contre le développement, mais il fallait prendre des décisions bien réfléchies, sans qu’on ne pénalise les chauffeurs, receveur ainsi que les passagers », disent-ils.

Certains chauffeurs menacent même de ne plus passer à Renaissance afin qu’ils puissent arriver à l’heure à la gare. « Pour que nous soyons à l’heure à la Gare du Nord, nous pensons que la solution serait d’éviter de passer à Renaissance. Ce seront alors les passagers qui y prennent le bus qui seront pénalisés », ajoutent-ils.

Plus de 500 marchands

En ce qui concerne les marchands ambulants, le lord-maire, Daniel Laurent, a eu une rencontre, a-t-on appris, avec un groupe de marchands opérant Place de l’Immigration dans l’après-midi du jeudi 2 avril. Selon nos informations, ils devront « changer de place » dans les jours qui viennent, c’est-à-dire, évacuer les étals qu’ils occupent actuellement pour s’installer dans la nouvelle structure qui se trouve à côté de l’ancien poste de police de Trou-Fanfaron. Les étals de derrière seront alloués aux marchands de la foire Decaen.

« Nous avons appris que la NTA a remis l’espace qui servait d’entrée à la gare pour les autobus à la municipalité depuis mardi, pour la construction d’une nouvelle structure. Grâce à cet espace additionnel, la mairie de Port-Louis pourra reloger un plus grand nombre de marchands de la foire Decaen à Place de l’Immigration. Avant que les marchands de Decaen ne soient transférés à la Gare du Nord, la mairie de Port-Louis prend déjà les dispositions pour transférer les marchands de la Place de l’Immigration dans la nouvelle structure déjà prête », a expliqué Hydar Ryman, président de la Street Vendors Association.

D’après les renseignements recueillis, les structures de la Place de l’Immigration accueilleront plus de 500 marchands, incluant ceux de l’Immigration et ceux de la foire Decaen. « Le nombre de marchands de l’Immigration s’élève à 274. Environ 300 marchands de la foire Decaen seront transférés à l’Immigration. Le nombre de structures disponibles suffira pour accueillir tous les marchands », a affirmé Hydar Ryman.

Selon ce dernier, il a eu une conservation au téléphone avec le lord-maire après la rencontre avec les marchands de la Gare du Nord. « Il m’a informé que les décisions ont été prises. Il n’y aura plus de consultation à partir d’aujourd’hui. Une dernière rencontre se tiendra dans quelques semaines pour annoncer le tirage du sort. La structure au Ruisseau du Pouce est prête à 100% et elle devra accueillir environ 200 marchands. Le lord-maire m’a aussi informé qu’un sous-comité avait été mis sur pied pour avaliser le nombre de marchands opérant rue Decaen. Aucun marchand de la rue Decaen ne bougera pas tant que les structures à la Gare du Nord ne seront pas complétées », a soutenu Hydar Ryman.

Le porte-parole des marchands ambulants de Decaen dira aussi que l’entrepreneur chargé de la construction des structures à la Gare du Nord les remettra à la municipalité dans trois semaines. Les marchands de Decaen pourront alors commencer à évacuer la foire. Toutefois, Hydar Ryman a demandé au maire de repousser le relogement de deux semaines en raison du Ramadan. « Nous serons en plein mois du Ramadan et ce ne sera pas évident pour les marchands de bouger en cette période. Nous avons fait appel au bon sens du conseil et nous leur demandons de nous accorder encore deux semaines », dit-il.

Par ailleurs, il a fait ressortir que tous les marchands de Decaen avaient été informés de la décision du lord-maire et n’ont montré aucun signe de protestation. De plus, a-t-on appris, tous les marchands de Decaen seront bientôt appelés à signer un contrat concernant le loyer de Rs 4 000 pour leur stand dans le Victoria Urban Terminal.