Dans une correspondance officielle, « the UNHRC is called to declare that the general election, to the extent that it is being held in the absence of candidates whose disqualification proceeds from a violation of article 25(b) of the Covenant, cannot be considered to be democratic and/or free and fair »

Ashok Subron : « Sef Deta ki delibereman avek  premeditasion viol Ruling, United Nations Human Rights Committee ek Sart lor Drwa Sivil ek Politik le pli importan o mond ».

L’obligation imposée aux candidats aux élections générales de ce jeudi de déclarer officiellement leur appartenance ethnique en violation du “Pronouncement” du United Nations Human Rights Committee de juillet 2012 revient à l’avant-plan.

Ainsi, à la veille des élections générales, le Leading Counsel de Rezistans ek Alternativ, Me Rex Stephen, a adressé une correspondance officielle au directeur de la Human Rights and Treaties Division de l’Office of the High Commissioner for Human Rights pour non seulement protester contre le rejet des candidatures des militants de Rezistans ek Alternativ, mais surtout pour réclamer que ces élections générales ne soient pas considérées comme étant démocratiques et “free and fair”.

Après avoir retracé les étapes depuis la 105e session du Comité des Nations unies pour les Droits de l’Homme des 9 au 27 juillet 2012 « ex- pressing the view, pursuant to article 5(4) of the Optional Protocol to the Covenant, that the communication under refe- rence disclosed a violation of the rights of their authors un- der article 25(b) of the International Covenant on Civil and Political Rights » jusqu’au décret présidentiel du 7 octobre dernier imposant la déclaration ethnique à tous les candidats aux élections de demain, Rezistans ek Alternativ a logé une demande d’intervention formelle.

« The authors also call upon the UNHRC to declare that the general election of 7 November 2019, to the extent that it is being held in the absence of candidates whose disqualification proceeds from a violation of article 25(b) of the Co- venant, cannot be considered to be democratic and/or “free and fair” within the spirit of the Covenant », font ressortir les militants de Rezistans ek Alternativ dont les droits fondamentaux démocratiques et constitutionnels ont été lésés le jour du Nomination Day avec le rejet de leurs candidatures.

Dans cette même correspon- dance, Rezistans ek Alternativ demande à cette instance des Nations unies « to take such appropriate measures in order to call the Republic of Mauritius to order for the clear breach of its undertaking un- der the Covenant and the Optional Protocol and also for the violation by it of article 25(b) of the Covenant » et d’enjoindre au Premier ministre de respecter les engagements pris envers les Nations unies vu que « the Republic of Mauritius is in breach of it’s obligations under the Covenant ».

Commentant cette démarche à la veille des élections générales, Ashok Su- bron, a fait comprendre : « Nou demann elekter kondann severman Pravind Jugnauth, sef Deta ki delibereman avek premeditasion viol Ruling, United Nations Human Rights Committee ek Sart lor Drwa sivil ek politik le pli importan o-mond. An se fezan, Pravind Jugnauth ek so gouvernman sortan inn plas Leta Morisyen dan kategori “rogue state” o- nivo mondial. Ni elekter, ni listwar zame kav bliye asasina kont demokrasi ek morianism ki Pravind Jugnauth finn komet. »