Le ministre du Commerce a fait part de la volonté du gouvernement de mettre fin à des « chasses gardées » dans certains domaines de consommation courante. Il a cité en exemple le commerce du bétail et de la viande, que ce soit de boeuf ou de mouton. « Le gouvernement est déterminé à promouvoir la compétition, qui sera dans l’intérêt des consommateurs et des commerçants », a affirmé Ashit Gungah. « Il est inacceptable », a dit le ministre du Commerce, que certains commerçants « abusent de leur position pour contrôler le marché ».
Concernant la vente de la viande, il a souligné l’augmentation du prix de ce produit durant la période des fêtes religieuses et celle de fin d’année. Il considère une telle situation « anormale ». C’est ainsi qu’il a annoncé le travail d’un comité technique pour revoir toutes les procédures d’importation et de vente de viande. « Nous prendrons les mesures qui s’imposent afin que le prix soit revu à la baisse, non seulement pour les fêtes, mais aussi sur le long terme », a promis Ashit Gungah. Il a ajouté que le gouvernement compte revoir aussi la législation concernant l’importation et la vente de véhicules “reconditionnées” ainsi que la loi relative à l’organisation des foires dans le pays, ajoutant que des comités techniques travaillent déjà sur ces dossiers.
Le ministre du Commerce a donné des indications sur l’avancement du projet de faire de Maurice un « regional petroleum hub ». La mise en oeuvre de grande envergure se fera avec la participation d’un consortium composé de quatre compagnies privées, à savoir Vivo Energy, Total Mauritius, Engen Petroleum et Indian Oil, et que cette entité se chargera de la construction des citernes. « J’ai eu des réunions avec les représentants de ce consortium et je leur ai demandé de faire accélérer les choses. Le consortium a déjà soumis une requête d’Environement Impact Assessment au ministère de l’Environnement et, après cette étape, la construction des citernes démarrera. Le ministère de l’Environnement m’a informé que ce projet passera par le “fast track” », concède Ashit Gungah.