La charte antidopage est pourtant claire là-dessus: Dès l’instant que l’échantillon A est déclaré positif, le sportif(ve) concerné(e) doit être suspendu(e), et interdit(e) de toute activité en attendant que les résultats de l’échantillon B soient officiellement déclarés. Or, il se trouve que la badiste Kate Foo Kune s’est récemment alignée aux Internationaux de Côte d’Ivoire. Il y a-t-il eu vice de procédure ou manipulation dans ce cas et si cela s’avère, à quel niveau? Selon nos renseignements, aussitôt qu’une fédération nationale se trouve en présence du résultat d’un contrôle positif à l’échantillon A, elle doit immédiatement suspendre le sportif concerné et aviser sa fédération internationale de sa décision. C’est ce que recommande formellement l’Agence mondiale antidopage.

Dans le cas de Maurice, c’est l’Association mauricienne de badminton qui devrait prendre les devants avant d’annoncer sa décision de suspendre la badiste Kate Foo Kune à la Badminton World Federation. Du coup, si cette partie de la procédure de la charte antidopage n’a pas été respectée, il est donc normal de constater que la badiste se soit alignée à ce dernier tournoi. Et elle devrait même être éligible à poursuivre, tout au moins dans l’immédiat, sa préparation pour la qualification olympique de Tokyo 2020, voire aux Jeux des îles dans quelques jours, aussi longtemps que la décision de l’AMB se fait attendre et que la BWF n’en soit avisée.

Dans l’entourage de la badiste, on fait d’autant plus ressortir que « le résultat de la contre-expertise n’est pas pout tout de suite, mais dans quelques semaines, voire à la fin du mois. Le test de l’échantillon B devrait être effectué en Afrique du Sud. » En considérant ces éléments, on peut donc comprendre pourquoi la BWF autorise toujours la badiste à jouer en attendant la date de son provisional hearing pour statuer sur le cas. Reste que Kate Foo Kune continue à claimer son innocence, indique-t-on dans les milieux. Et elle continuera aussi longtemps qu’il le faut à se battre pour le prouver. Pour rappel, elle a retenu les services d’un homme de loi au Danemark et devrait agir en conformité aux instructions qu’on lui indiquera. Elle avait été prévenue de son cas positif le 12 juin dans la semaine même de sa participation aux Internationaux de Maurice (13-16 juin). Nous avons tenté en vain de contacter au téléphone le président de l’AMB, Sharma Nundah, jusqu’en fin de matinée. Il était injoignable. Mais à quelques jours de Jeux des îles, il est sans doute temps de clarifier urgemment le cas, sous peine d’être possiblement confronté à des protestations venant d’autres pays. Situation à éviter à tout prix.