C’est un jour mémorable pour le badminton mauricien. Hier, Kate Foo Kune et Yeldy Louison ont fait flotter très haut le quadricolore au Lobatse Sports Complex en finale individuelle des championnats d’Afrique qui se sont achevés à Gaborone au Botswana.
Foo Kune et Louison ont enlevé la finale du double dames contre les tenantes du titre, les Seychelloise Juliette Ah Wan et Alisen Camille 21-17, 22-20. Kate Foo Kune s’est par ailleurs transcendée en s’adjugeant le simple dames contre celle qui l’avait privée du sacre l’an dernier devant le public mauricien, la Nigériane Grace Gabriel, 21-14, 14-21, 21-17.
Hier soir, Kate Foo Kune s’est offert une douce revanche face à la Nigériane, la privant même d’un troisième titre d’affilée. Ce nouveau duel était très attendu et surtout révélateur puisqu’il allait se tenir sur terrain neutre sans le soutien du public, du propre aveu que nous fit en ce sens Grace Gabriel après sa victoire l’an dernier. Le verdict a été sans équivoque hier : la Mauricienne a été trop forte malgré le retour de son adversaire au deuxième set. En dépit de quelques fautes concédées dans le deuxième set, elle est restée concentrée pour surmonter toute la pression qui se fit sentir dans la belle, indique-t-on.
« Kate Foo Kune a gagné grâce à sa force mentale et la progression qu’elle a accomplie depuis qu’elle s’entraîne en France… Sa défaite contre Grace Gabriel l’a fait réaliser qu’elle avait le potentiel d’être championne d’Afrique », analyse explicitement Stephan Beeharry, l’ancien champion. « Au bout du compte, tout s’est passé mieux que prévu pour la sélection. Cette petite équipe qui n’était composée que de six joueurs seulement a réalisé un bel exploit. Bravo les gars ! »
Une fois couronnée en simple dames, Kate Foo Kune alliée à Yeldy Louison a fait chuter en deux sets les championnes d’Afrique en titre. Pour Louison, ce n’est que justice après sa finale perdue aux côtés de Shama Aboobakar l’an dernier contre les mêmes adversaires des Seychelles. Après avoir enlevé le premier set 21-17, la paire mauricienne a dû faire face à l’expérience et au retour tonitruant de leurs adversaires qui menaient 11-7 dans le set suivant.
Mais cet écart a été vite comblé quand les Mauriciennes, qui ont haussé le ton pour conclure in extremis 22-20, évitant ainsi un 3e set qui, autrement, aurait pu leur coûter cher. La paire Foo Kune-Louison avait aussi été sacrée en double dames aux championnats d’Afrique juniors tenus en 2009 en Éthiopie.
Les badistes mauriciens ont ainsi écrit une belle page de leur histoire à Gaborone. Maurice termine cette compétition avec deux médailles d’or et deux de bronze, dont une obtenue en double hommes du tournoi individuel par le tandem Julien Paul-Kiran Baboolall, qui est tombé hier 9-21, 18-21 en demi-finales face aux Nigérians Abah Enoejo et Victor Makanju, et l’autre dans le tournoi par équipes.
Notons qu’il a fallu attendre 14 ans pour voir une Mauricienne remonter sur la plus haute marche du podium dans cette compétition toujours dominée par les deux géants du continent, le Nigeria et l’Afrique du Sud. En 2000 au Nigeria, on se souviendra qu’Amrita Sawaram était devenue la première et la seule Mauricienne à décrocher le titre face à la Sud-Africaine Chantal Botts.
Depuis, ce fut la longue traversée du désert dans le tournoi individuel du simple dames, bien que Maurice avait été championne du double hommes par l’entremise du tandem Stephan Beeharry-Denis Constantin en 2002 au Maroc. Reste que cette présente édition est l’une des plus sombres pour le Nigeria, privé du moindre titre puisque les cinq médailles d’or en jeu ont été réparties entre l’Afrique du Sud (3) et Maurice (2).
L’an dernier, lors du sommet africain à Maurice, Grace Gabriel avait déjà fait éviter aux siens la déroute en repartant avec le titre du simple dames uniquement, contre une razzia sud-africaine en simple hommes, double hommes et double mixte, alors que les Seychelles s’adjugeaient le double dames. Maurice s’était contentée de deux médailles d’argent obtenues en simple dames et double dames et trois de bronze dont deux en double mixte et une en double hommes du tournoi individuel.