Ricardo Agathe, qui fait face à un procès sous une accusation de blanchiment d’argent, s’est présenté en Cour intermédiaire le lundi 30 septembre.

Le procès de ce matin s’est résumé à l’audition de plusieurs témoins dans cette affaire. Un officier du Registrar of Compagnies a indiqué que la compagnie du suspect ne figurait plus sur la liste des compagnies en activités depuis février 2016.

Même son de cloche du côté de la municipalité de Port-Louis, qui avance que le suspect n’est pas sur la liste des commerçants opérant à Port-Louis.

Toute cette affaire a éclaté, en 2015, après que des éléments de l’ADSU ont saisi Rs 2,6 M et 4 000 euros à son domicile.

Un officier de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU) devait indiquer, aujourd’hui, que l’importante somme d’argent avait été découverte dans la salle de bains au domicile de Ricardo Agathe.

La poursuite s’est prononcée sur ce procès et le plaidoyer de la défense, représentée par Me Jean Claude Bibi, est attendu. Le procès reprendra le 13 novembre.

Pour rappel, en juin, l’ICAC a saisi deux coffres-forts, renfermant près de 3 M en roupies et devises étrangères, aussi bien qu’une chaîne en or sertie de diamants, dont la valeur marchande est de Rs 1,5 M.

Poursuivant son opération dans différents lieux, l’ICAC a mis la main sur sept véhicules de luxe : une BMW X6, une Mitsubishi Pajero, dont les sièges sont en cuir avec à l’intérieur un système de sonorisation dernier cri relié aux quatre portes et un écran LCD, une Mercedes SLK 200, une Audi A3 décapotable, une Mazda RX-8, une Mitsubishi L100, et une moto Honda CBR 1000.