La direction de CIEL Limited a réaffirmé hier soir sa confiance en l’avenir du groupe que ce soit au niveau de ses activités locales, régionales ou internationales. C’était lors d’une réception offerte à l’hôtel Le Labourdonnais par la Stock Exchange of Mauritius Ltd (SEM) pour marquer l’introduction du groupe sur le marché officiel de la Bourse. Sunil Benimadhu, Chief Executive de la SEM, devait à cette occasion évoquer la possibilité d’une inclusion des sociétés internationales dans les indices boursiers et les données relatives à la capitalisation du marché.
« Le groupe CIEL est bien placé pour poursuivre sa croissance et ses activités de développement », a déclaré Arnaud Dalais, président du groupe dans son allocution en présence du président de la Financial Services Commission (FSC), Marc Hein, du président de la SEM, Gaëtan Lan, de représentants du secteur des services financiers et des directeurs de CIEL. Tout en faisant état de l’optimisme du groupe, Arnaud Dalais a déclaré qu’il y a des défis à relever comme cela a été le cas dans le passé. Il a évoqué la stratégie d’expansion du groupe à Maurice (activités diversifiées, en Afrique de l’Est (agro-industrie, services financiers et santé) et en Asie (production textile en Inde et au Bangladesh), soulignant que sur les quelque 20 000 employés du groupe, environ 8 000 sont basés à Maurice.
Arnaud Dalais a soutenu que la direction du groupe est convaincue que la décision de passer du second marché, le Development and Enterprise Market (DEM), au marché officiel est une démarche positive. Il a laissé entendre qu’aujourd’hui environ 40% des actions émises par le groupe sont en free-float et peuvent donc faire l’objet d’un échange libre sur le marché boursier. De plus, a-t-il souligné, CIEL Limited pourra, si la nécessité se précise, faire appel au marché pour lever des capitaux frais pour financer ses activités de développement.
Abondant dans le même sens, Sunil Benimadhu a soutenu que « The Official Market offers better prospects for capital raising than the DEM, given that companies listed on it are closely tracked by both local institutional investors as well as by foreign frontier market funds that have deep pockets ». Le Chief Executive de la Bourse de Maurice a fait remarquer que le marché officiel est plus liquide et que cela a tendance a bonifier les valeurs qui y sont cotées comparativement à celles inscrites sur le DEM.
La SEM dit se réjouir de l’arrivée de CIEL sur le marché officiel, un développement qui a pour effet de faire grossir la capitalisation du marché par environ Rs 9 milliards pour la porter à Rs 224 milliards. L’objectif de la SEM est de booster la capitalisation boursière à un niveau supérieur au Produit Intérieur Brut (PIB) du pays, ce qui contribuerait à renforcer l’image de la SEM en tant que l’un des marchés les plus en vue en Afrique. La capitalisation du marché officiel représente actuellement environ 70% du PIB de Maurice. La SEM envisage d’inclure des sociétés internationales dans les divers indices boursiers à condition, toutefois, que ces sociétés se conforment aux conditions de listing concernant le free-float de leurs titres. Cependant, a poursuivi Sunil Benimadhu, il faudra d’abord élaborer une formule pour faciliter le calcul de la contribution de ces sociétés aux divers indices. Ceux-ci sont libellés en roupies alors que les compagnies internationales sont cotées en dollars ou en euros. « In fact we will need to sterilise the effects of exchange rate fluctuations to ensure that our indices reflect only the interaction of the market forces of demand and supply of shares », a expliqué le Chief Executive de la SEM.
Par ailleurs, la direction de la Bourse se propose de créer un indice des 10 valeurs les plus liquides du marché (SEM-10) pour remplacer le SEM-7, cela pour encourager davantage les transactions sur d’autres valeurs hautement liquides.