Poste de police de St Pierre

Après le vol de Rs 500 000 commis à la succursale de Supertote de Saint-Pierre dans la nuit de lundi à mardi, la Criminal Investigation Division (CID) de la région a arrêté le superviseur qui avait rapporté le vol. Au cours d’un interrogatoire mardi, l’équipe de l’inspecteur Cowlessur a noté des incohérences dans la version fournie par cet homme de 44 ans, connu comme un récidiviste. Il n’arrivait pas à expliquer où il se trouvait dans la nuit du vol, et quelles sont les précautions qu’il avait prises en fermant la succursale lundi.

Il a été placé dans une cellule au poste de police de Quartier-Militaire et sera traduit au tribunal de Moka ce mercredi où une accusation provisoire de vol sera retenue contre lui. Entre-temps, les éléments de la CID ont interrogé deux membres d’une famille âgés de 39 et 48 ans, habitant Circonstance. Ils ont même perquisitionné leur domicile mais n’y ont trouvé aucun objet incriminant. Finalement, les deux ont été autorisés à partir après avoir fourni chacun un alibi. Le récidiviste arrêté par la CID avait rapporté le vol mardi matin. Il a relaté qu’en entrant dans le bâtiment, il avait noté du désordre à l’intérieur. Il s’est dirigé alors vers le coffre-fort électronique placé au premier étage du bâtiment où se trouvait une somme de Rs 500 000 qui devait être utilisée pour payer des clients après le weekend hippique.

La CID de Saint-Pierre et des éléments du Scene of Crime Office ont noté que des cambrioleurs avaient grimpé sur le toit d’une boutique en rénovation qui donne sur le premier étage de Supertote. Les malfrats ont alors forcé le coffre. Les caméras CCTV de la succursale – qui sont fixes – n’ont pas enregistré grand-chose sur le vol. Ce qui pousse les enquêteurs à soupçonner une complicité interne. Le lieu n’est pas surveillé par un agent et n’est pas doté d’un système d’alarme en cas d’effraction. Néanmoins, la police a pu prélever certaines empreintes à l’intérieur qui ont été envoyées à des fins d’analyse au Forensic Science Laboratory. L’enquête se poursuit sous la supervision de l’ASP Jheengut.