Alors que l’important cambriolage commis vers la fin d’octobre dans une luxueuse maison à Grand-Baie — les propriétaires ayant été ligotés et un butin d’une valeur de Rs 2 millions emporté — n’a toujours pas été élucidé, les enquêteurs de la police se retrouvent depuis la fin de la semaine avec un nouveau cas perpétré par la même bande de professionnels. Deux hommes armés de revolver, encagoulés et habillés comme des militaires, ont pénétré par effraction dans une maison située dans la région de Highlands vendredi soir.
En attendant un inventaire complet de ce cambriolage commis en l’absence des propriétaires des lieux, un premier relevé indique que des bijoux en or et une certaine somme d’argent en liquide ont été emportés. L’enquête sur ce gang des encagoulés fait l’objet d’une attention particulière au plus haut niveau de la police avec un important déploiement des effectifs pour un éventuel démantèlement.
Les informations disponibles de sources policières et recueillies auprès du propriétaire, un éducateur âgé de 36 ans, tendent à confirmer que les deux hommes ont d’abord détourné l’attention des trois chiens de garde, dont un berger allemand, avec plusieurs boîtes de sardines avant de pénétrer dans la maison en enfonçant une porte vitrée. Mais tout porte à croire que les cambrioleurs ignoraient que cette luxueuse demeure est équipée de systèmes de surveillance ultra-performants avec des détecteurs de présence infrarouge installés dans l’ensemble des pièces de la maison. Alors que le couple propriétaire se rendait chez des proches à Beau-Bassin, l’époux devait recevoir un call alert de la compagnie de sécurité sur son cellulaire pour l’informer que l’alarme s’est déclenchée dans le master bedroom. Il est alors aux alentours de 19 h. À peine dix secondes plus tard, la victime reçoit d’autres SMS indiquant des mouvements suspects dans le couloir, la cuisine et au premier étage.
Devant cette confirmation à l’effet que sa maison est la cible d’un cambriolage, le premier réflexe de ce père de famille est de composer les numéros d’urgence de la police pour une éventuelle intervention. Mais ses nombreuses tentatives se sont avérées vaines et le propriétaire devait alors entrer en contact avec ses voisins en attendant qu’il n’arrive chez lui. “Pendant au moins dix minutes, alors que les bandits étaient toujours dans ma maison, les numéros d’urgence de la police étaient indisponibles. Je me suis retrouvé obligé d’alerter mes voisins afin qu’ils se rendent sur les lieux”, explique la victime dans une déclaration à Week-End. En dépit du fait que des voisins avaient encerclé les alentours de la maison, les deux malfrats sont parvenus à prendre la fuite. Dès vendredi soir, des éléments du Scene of Crime Office et ceux de la Central Division de la CID ont été sollicités.
Les images des caméras de surveillance vidéo installés dans l’enceinte de cette maison devait faire des révélations de taille aux enquêteurs. Les sources policières approchées tendent à confirmer que les enregistrements démontrent d’importantes similitudes entre les membres du gang ayant commis le vol de vendredi soir et ceux ayant semé la terreur dans une luxueuse maison à Grand-Baie le 22 octobre dernier. Ce soir-là, quatre individus, portant également des cagoules et des habits de commando, avaient ligoté les propriétaires. Ces bandits sont repartis à bord du véhicule du chef de famille, avec des bijoux et autres articles de luxe valant Rs 2 millions. La voiture avait été retrouvée plus tard, abandonnée à The Vale.
Des professionnels à l’oeuvre
“Il est évident que nous avons à faire à une bande de professionnels. D’ailleurs, leur façon de se déplacer, leurs tenues vestimentaires et leurs équipements, dont des revolvers, confirment cette thèse. L’enquête sur cette bande est prise très au sérieux au plus haut niveau de la police et d’importants moyens sont déployés pour remonter leur piste”, indique une source policière, tout en confirmant que ce gang est soupçonné d’être à l’origine de plusieurs autres vols du même type à travers l’île. À ce stade, on indique que des pistes sérieuses sont à l’étude suite à un exercice d’intelligence gathering effectué par les enquêteurs de la police sur le terrain. À hier soir, les limiers de la Central Division étaient toujours à pied d’oeuvre en vue de démanteler ce gang.
De son côté, le propriétaire de la maison de Highlands s’estime heureux qu’aucun membre de sa famille n’était présent quand ces bandits y ont fait irruption. “En visionnant les images des caméras de surveillance, j’ai constaté que ces hommes ont débarqué chez mois avec une ferme intention. Mem si ti ena dimounn dan lakaz zot ti pou atake. Donc, heureusement que ma famille et moi n’étions pas là au moment des faits car ces bandits avaient l’air d’être prêts à tout pour parvenir à leurs fins !” confie la victime, tout en déplorant le manque de patrouille policière dans cette partie de Highlands.