Photo illustratiion

L’alcool, consommé même en faible quantité, augmente les cas de cancer. Et ce que beaucoup ignorent encore favorise le cancer du sein selon l’Institut national du cancer (INCa). Même à faibles doses! Or, après le tabac, l’alcool est la deuxième cause de cancers évitables. Une donnée ignorée par de nombreuses femmes. “Les études scientifiques montrent une augmentation du risque de cancer dès la consommation moyenne d’un verre par jour”, souligne l’INCa. Et si l’augmentation du risque va de pair avec la quantité consommée, “toute consommation régulière d’alcool, même faible, est à risque”, insistet-il. Et de rappeler que le “risque absolu de mortalité” due à l’alcool augmente “plus rapidement chez les femmes que chez les hommes.”

Or, si dans une récente étude, des chercheurs australiens ont confirmé la connaissance de nombreuses femmes sur les méfaits à court terme de l’alcool (poids, santé mentale ), l’ignorance du lien entre la consommation d’alcool et le risque de cancer du sein reste importante. Dans le cadre de cette étude, 35 femmes d’Australie méridionale, âgées de 45 à 64 ans, qui n’ont jamais reçu de diagnostic de cancer, ont été interrogées sur leur consommation d’alcool, leur niveau d’éducation et le risque perçu de cancer du sein.

Le Dr Emma Miller, auteure principale de l’étude, affirme que l’alcool est fermement ancré dans la société australienne et que la sensibilisation au risque de cancer lié à l’alcool, malgré son importance, ne suffira pas à contrer les habitudes de consommation. En effet, les résultats de cette étude révèlent que les femmes dans la quarantaine, la cinquantaine et la soixantaine, consomment encore de grandes quantités de vin, de bière et de spiritueux, malgré les taux de la maladie qui augmentent dans leur tranche d’âge. Les données publiées par l’Université Flinders montrent un décalage entre la cause et l’effet, malgré les campagnes de sensibilisation du public.

Le Dr Miller avance néanmoins que ses recherches montrent aussi que, même si un plus grand nombre de femmes d’âge moyen boivent, il existe des moyens de faire passer les bons messages en se concentrant sur les questions importantes pour elles. Et fait ressortir que “nous voulons tous entendre de bonnes nouvelles au sujet de la consommation d’alcool, par exemple que de petites quantités de vin rouge peuvent être bénéfiques pour les maladies cardiovasculaires, ce qui est un message promu par l’industrie de l’alcool.” Au contraire, l’information selon laquelle l’alcool est lié au cancer du sein est activement supprimée par l’industrie, vraisemblablement dans le but de constituer une clientèle féminine.

“Près d’une femme sur neuf sera concernée au cours de sa vie”

Or, le cancer du sein est le cancer le plus souvent diagnostiqué chez les femmes. Les recherches révèlent que “près d’une femme sur neuf sera concernée au cours de sa vie, le risque augmentant avec l’âge.” Moins de 10% des cancers du sein surviennent avant 40 ans. L’incidence augmente ensuite régulièrement jusqu’à 65 ans. Comment l’alcool déclenche-til un cancer du sein ? On sait que l’alcool (éthanol) est une substance cancérigène capable d’altérer l’ADN et qu’il peut augmenter le taux de certaines hormones dans le sang, notamment les œstrogènes qui favorisent le développement de certains cancers du sein. Il est également possible que l’alcool facilite l’entrée de substances cancérigènes dans les cellules du corps. Et l’alcool est également capable de freiner l’assimilation de l’acide folique par notre organisme, ce qui favorise divers processus de cancérisation, rappellent les chercheurs.