Les 1 450 employés syndiqués de la United Bus Service (UBS) devront choisir leur représentant au cours du référendum qui se tient aujourd’hui et demain. Dans cet exercice, le Joint Negociating Panel, constitué de trois syndicats (ATTA, UBSEU et BITOU), est opposé à la Union of Bus Industry Workers (UBIW). La première partie qui dit détenir la majorité des travailleurs de son côté s’attend à une victoire écrasante. Du côté de l’UBIW, on avance que les travailleurs « dévoileront la vérité » sur la représentation au cours de ce référendum. Le dépouillement des bulletins aura lieu demain après-midi à Forest-Side.
Depuis 9h ce matin, les employés de UBS se sont mobilisés au dépôt de Cassis pour le début des votes. Cet exercice est supervisé par l’Employment Rights Tribunal (ERT). D’ailleurs, c’est en ayant recours à cette instance que l’UBIW a obtenu la tenue du référendum. Le président de l’ERT, Rashid Hossen, rencontré sur place ce matin, laisse entendre que « tout se passe dans de bonnes conditions jusqu’à présent ». Il rappelle que cet exercice est organisé en conformité avec l’Employment Relations Act. « Le référendum concerne le choix des employés comme leur représentant syndical. Au départ, il y avait quatre parties. Trois se sont regroupées en un Joint Negociating Panel. L’enjeu sera donc entre le JNP et l’UBIW. »
Le vote d’aujourd’hui devait prendre fin à 16h. Demain, l’exercice se poursuivra dépôt de Forest-Side de 9h à 15h. « Le dépouillement se fera tout de suite après la fin des votes et le résultat proclamé le même jour. L’ERT émettra un ordre officiel le lendemain, jeudi, pour que l’issue des urnes ait valeur légale. »
Au niveau du management, Yusuf Sairally indique que 1 450 travailleurs sont concernés par ce référendum. « Ici, à Cassis, il y en a environ 700 qui votent aujourd’hui. » Concernant les relations entre le management et les différents syndicats existants au sein de la compagnie, il affirme être « disposé à travailler avec n’importe lequel » d’entre eux. « Nous respecterons le choix des travailleurs. » Il ajoute que le management « ne s’est pas impliqué dans cet exercice » et que « les syndicats ont fait leur travail ».
Pour ce qui est des perturbations possibles dans la disponibilité des autobus de UBS sur les routes, Yusuf Sairally affirme que les dispositions nécessaires ont été prises. « Il y aura peut-être une petite perturbation, mais nous nous sommes organisés afin que le public voyageur ne soit pas pénalisé. Les travailleurs viennent voter en groupe et à tour de rôle. Une fois qu’ils ont terminé, ils reprennent le travail. »