Photo illustration
  • Des houles de cinq mètres de haut attendues sur la côte de Flic-en-Flac à Blue-Bay en passant par Bel-Ombre
  • Les autorités mobilisées pour décourager les amateurs de kite surf et ski nautique à s’adonner à leurs activités
  • Le public invité à éviter les plages, les lagons et les sorties en mer jusqu’à mardi au moins

Une autre répercussion du changement climatique se fait sentir avec la recrudescence de fortes houles déferlant sur les côtés des îles du Sud-Ouest de l’océan Indien. Pas plus tard que mercredi dernier, des effets de ces houles avaient été ressentis sur la zone côtière du Sud-Ouest et depuis hier, un avis de vigilance fortes houles est en vigueur à Maurice aussi bien qu’à Rodrigues, de même que pour les autres îles de la région du Sud-Ouest de l’océan Indien, dont La Réunion. Ces vagues pouvant atteindre jusqu’à cinq mètres de hauteur avec une puissance relativement dévastatrice pourraient se manifester à partir de la mi-journée et durant la nuit de ce dimanche à lundi. Et même en cas d’atténuation, des vagues de quatre mètres pourraient continuer à s’abattre sur la côte jusqu’à mardi.

Ainsi, le communiqué indique que « des houles influenceront la mer à Maurice et à Rodrigues à partir de ce dimanche 18 août 2019 à 10h jusqu’à mardi 20 août 2019 à 10h. Il est extrêmement dangereux de s’aventurer à la plage, dans le lagon et en haute mer, car des houles sont prévues sur nos côtes. Toute activité nautique telle que le kite surf et le ski nautique, entre autres, est strictement déconseillée. »

Aves ces fortes houles venant du Sud-Ouest, les régions les plus affectées sont de Flic-en-Flac à Blue-Bay, en passant par Le Morne et Bel-Ombre. Par contre, l’Est de l’île et même la zone jusqu’au Nord sont présentés comme étant moins à risques face à ces trains de houles balayant cette partie de l’océan Indien.

Face à ces fortes houles de l’ordre de cinq mètres sur les plages de l’Ouest et du Sud, surtout à l’heure des marées hautes, le NDRRMC demande au public de suivre les consignes suivantes : _
– éviter toute activité près de la plage ou sur la plage, dans le lagon, en mer et dans les zones côtières ; _
– pour les habitants en bord de mer : protection des biens face à la montée des eaux et, si nécessaire, évacuation des habitations en se mettant à l’abri à l’intérieur des terres ; et _
– être à l’écoute des autorités concernées à travers les médias et l’application mobile Emergency Alert.

Une série de numéros de téléphone d’urgence sont également mis à la disposition du public en cas de danger, soit la police sur le 999 ; les services d’incendie sur le 115 ; le SAMU sur le 114 ; la CWA sur le 170 ; et le CEB sur le 130.

A lire dans l’édition du Week-End de ce dimanche 18 août.