Photo Archives : Créssonnière à Camp Esnouf

Surmonter le changement climatique, surtout la sécheresse. C’est dans cette optique que le ministère de l’Agro-industrie a introduit un système d’irrigation moderne, qui fonctionne grâce à la gravité. Lors d’une cérémonie de remise d’équipements à un planteur de Carreau Esnouf, mercredi, le ministre Mahen Seeruttun devait expliquer que ce système « permettra non seulement de faire face au changement climatique, mais aussi d’éviter de gaspiller de l’eau ».

Ces équipements sont d’une grande importance, selon Mahen Seeruttun, car elle permettra une meilleure utilisation de l’eau. « Le ministère de l’Agro-industrie s’attaque un par un à tous les problèmes auxquels font face les planteurs. Dans ce contexte, nous offrons des équipements modernes, comme ce système d’irrigation qui fonctionne avec la gravité. Ce système permet de ne pas gaspiller de l’eau. De plus, les planteurs peuvent mélanger les fertilisants directement à l’eau », a-t-il expliqué. Et d’ajouter que ce projet s’insère dans le cadre de la mission gouvernementale de réduire l’importation des légumes qui peuvent être produits localement.

Pour sa part, le ministre du Logement et des Terres, Mahen Jhugroo, également député de la région, a déclaré que 25 projets similaires « ont été installés à travers le pays », soit à Pomponette, Riambel, Bonne-Mère, Mare d’Albert, La Brasserie, Solitude, Calebasses, entre autres. « Chaque équipement coûte environ Rs 30 000. Outre cet habitant de Carreau Esnouf, un habitant de Mare-d’Albert a aussi bénéficié de ce système », a-t-il dit.

Le Chief Whip, Bobby Hurreeram, aussi député de l’endroit, a évoqué l’importance de l’autosuffisance alimentaire pour réduire l’importation de légumes.

Le bénéficiaire de ce système est Vishwanath Chowree Naiko, un jeune planteur de 36 ans. Ce dernier compte vingt années d’expérience dans la culture vivrière. « Mes parents étaient planteurs et j’ai pris la relève quand j’ai atteint l’âge de 16 ans. Je me passionne pour ce métier. Toutefois, il y a des moments quand la situation devient difficile, notamment quand il y a la sécheresse. Un jour, j’ai reçu la visite des officiels du ministère de l’Agro-industrie dans mon champ. Je leur ai fait part de ce problème. C’est pourquoi le ministère m’a offert ce système d’irrigation moderne », explique le jeune planteur.

La culture de Naiko s’étend sur une superficie de cinq arpents. Le trentenaire cultive une variété de légumes, dont des tomates, lalo, piments. Il possède une cressonnière également. Ce planteur se lance bientôt dans la culture hydroponique de tomates sous serre. Il dira que le système d’irrigation comprend un réservoir de 4 000 litres, qui couvre un demi-arpent de son champ. « Pour le moment, je l’utilise sur un demi-arpent. Si le projet est une réussite, je compte acquérir plus de réservoirs pour couvrir tous les cinq arpents », ajoute le planteur.