La nouvelle réglementation pour régir le commerce du riz basmati qui devait être appliquée à partir de vendredi prochain, 1er juin, entrera en vigueur à une date ultérieure. Le ministère du Commerce et de l’Industrie laisse entendre que le renvoi de l’entrée en vigueur de ces Basmati Rice (Control of Sale) Regulations 2012 fait suite à une demande faite en ce sens par les importateurs de ce produit.
Cette nouvelle réglementation fera obligation à tout importateur d’obtenir auprès d’un organisme accrédité par le ministère mauricien du Commerce et de l’Industrie dans l’un des deux pays exportateurs — l’Inde et le Pakistan — un certificat d’authenticité garantissant que le produit importé est du « genuiner basmati ». Cette mesure visera à prévenir, à l’avenir, que du faux basmati soit mis sur le marché local.
Les associations de consommateurs ont, en effet, protesté auprès du ministère quant à la qualité suspecte de nombreuses marques de basmati qui, selon elles, ne répondraient pas aux normes. Au ministère, on a même concédé que du basmati était parfois mélangé à d’autres types de riz moins prestigieux et vendu à prix d’or pour du 100% basmati. C’est dans cette perspective que le ministère du Commerce a jugé utile d’élaborer une nouvelle réglementation avec l’aide du Mauritius Standards Bureau (MSB).
La norme MS 177 : 2011 a ainsi été mise au point. Cette norme nationale détaille les caractéristiques auxquels doit répondre tout riz présenté comme du basmati importé de l’Inde ou du Pakistan. Il semble, ainsi, que des importateurs dans cette filière éprouvent encore des difficultés à se familiariser avec ce qui, dorénavant, sera accepté comme du basmati. D’où leur demande pour un renvoi de l’entrée effective de la nouvelle réglementation, le temps pour eux de trouver les fournisseurs qui conviennent.