Dans le sillage de l’enquête sur le décès de Seewajee Bhikoo, 52 ans, tué d’une balle à la tête devant la demeure du haut-commissaire indien à Floréal, Jevin Ramah, le constable suspecté de meurtre, est retourné sur les lieux ce samedi 15 septembre pour une reconstitution des faits en présence des enquêteurs et des officiers du Scene of Crime Office (SOCO).

Pour rappel, le constable Jevin Ramah, âgé de 29 ans, a été arrêté le 1er septembre par ses collègues de la CID de Curepipe après que son ami Seewajee Bhikoo, âgé de 52 ans, a succombé à un coup de feu de son revolver de service.

C’est vers 9h45 que le suspect a été emmené sur les lieux par les enquêteurs

Selon les informations à la disposition de la police, Jevin Ramah devait travailler comme sentinelle à l’ambassade indienne, à Floréal. Pour des raisons jusqu’ici inconnues, Seewajee Bhikoo, résidant Belle-Terre, Phoenix, est venu le rencontrer à Floréal dans sa Toyota blanche.

Les enquêteurs ont appris que les deux amis avaient l’habitude de vider quelques verres de temps en temps. Mais le suspect avance que rien de tel ne s’est produit et que Seewajee Bhikoo était tout simplement venu lui parler.

Une charge provisoire de « murder » a été logée contre Jevin Ramah, le lundi 2 septembre. Son interrogatoire s’est poursuivi le jour suivant, où il a été confronté aux nouveaux éléments de l’enquête. Il a ensuite été reconduit en détention.