Georges Marino Calou, un habitant du Bouchon, était poursuivi en Cour intermédiaire pour l’agression mortelle de Kennedy Laviolette en avril 2015. Cet habitant de L’Escalier avait été retrouvé mort dans un immeuble au Bouchon. L’enquête de police avait permis l’arrestation de Marino Calou, qui a avoué avoir tué son ami après une partie de beuverie. À noter que le frère de Marino Calou, Fleurino Calou, purge, lui, une peine de 33 ans de prison pour le meurtre d’un étudiant sur la plage du Bouchon.
Le corps sans vie de Kennedy Laviolette, un quadragénaire, avait été retrouvé le 8 avril 2015 dans une bâtisse désaffectée rue Chapelle, Le Bouchon. L’enquête policière avait abouti  à l’arrestation de George Marino Calou, 41 ans, un compagnon de beuverie de la victime connu des services de police. Intrigué par des cris de douleur provenant d’une bâtisse désaffectée, un habitant de la localité avait alerté le Samu quant à la présence d’un individu portant plusieurs blessures au visage. Mais le personnel médical n’avait pu que constater le décès de Kennedy Laviolette à son arrivée. Mandés sur place, les policiers du poste de Plaine-Magnien avaient confirmé la thèse du “foul play”, un morceau de bois taché de sang ayant été retrouvé à proximité.
Kennedy Laviolette, bien qu’étant domicilié à L’Escalier, passait la majeure partie de ces soirées à boire et dormir dans cet immeuble. Il avait fallu un peu plus de deux heures aux forces de l’ordre pour confirmer son identité, la victime ayant été complètement défigurée. Une autopsie pratiquée par le médecin légiste en chef de la police, le Dr Monvoisin, avait attribué la mort du quadragénaire à une fracture du crâne.
Lors de son arrestation, Marino Calou avait nié avoir battu à mort son ami, prétendant que ce dernier avait fait une chute accidentelle du 1er étage. Mais il devait par la suite revenir sur sa version. George Marino Calou se disputait souvent avec la victime. Deux semaines avant le drame, Kennedy Laviolette avait quitté son domicile et était parti vivre avec Marino Calou. Ce dernier dormait dans le bâtiment abandonné et avait été rejoint par son ami. C’est là qu’après une dispute, ils se sont échangés des coups.
Georges Marino Calou avait plaidé coupable d’une charge de “Wounds and Blows causing death without intention to kill”. Mais alors que la sentence allait être prononcée hier, le magistrat Raj Seebaluck l’a renvoyée à lundi. Georges Marino Calou est en détention depuis son arrestation. Cet habitant du Bouchon était déjà fiché à la police pour divers délits.
Son frère Fleurino Calou, habitant également la localité, purge pour sa part une peine de 33 ans pour le meurtre de Cédric Matombé, un ex-élève du Mauritius College, sur la plage du Bouchon en 2010. Il répondait d’une charge de “manslaughter” devant les Assises et avait plaidé coupable. Cette affaire remonte au 7 novembre 2010. Le corps de Cédric Matombé, un jeune collégien de 17 ans fréquentant un établissement curepipien, avait été retrouvé sur un terrain en friche à proximité de la plage. Surprenant un jeune couple en train de flirter sur la plage du Bouchon, situé au fin fond de Plaine-Magnien, Fleurino Calou avait alors fracassé le crâne du jeune homme avec un pied-de-biche avant d’abuser de la jeune fille.