En déplacement à Maurice pour la signature d’un Memorandum of Understanding (MoU) entre le Japon et l’Assemblée régionale de Rodrigues, le commissaire à la Santé, Simon Pierre Roussety, fait le point sur les mesures prises pour lutter contre le coronavirus à Rodrigues.

Vous avez assisté à la signature d’un accord concernant l’achat d’un appareil de mammographie. Pouvez-vous nous en parler ?

Les Rodriguaises seront très heureuses d’avoir cet appareil de mammographie à Rodrigues afin qu’elles n’aient pas à faire le déplacement à Maurice. Le cancer du sein est en hausse à Rodrigues. Je remercie le Japon qui, par le truchement de son ambassadeur, permettra à Rodrigues de disposer de cet appareil. Ce sera définitivement un plus dans la vie des Rodriguais. Elles seront moins stressées dans l’attente d’obtenir un rendez-vous et de venir à Maurice afin d’effectuer une mammographie. Nous demanderons à Maurice de nous aider concernant la formation des radiologues et la présence d’un personnel médical.

Parlez-nous des mesures qui sont prises contre le coronavirus à Rodrigues ?

Nous suivons le protocole du ministère de la Santé. Jusqu’à maintenant, il n’y a pas eu de cas de coronavirus à Rodrigues. Nous avons deux centres d’isolement à Mon Lubin et à La Ferme et un centre de quarantaine à Baladirou. Tous les passagers arrivant à Rodrigues sont contrôlés, même ceux qui arrivent de Maurice. Nous effectuons un suivi. Pour le moment, il n’y a pas eu de problème, nous n’avons aucun cas de coronavirus.

Comment avez-vous géré les protestations qui ont eu lieu à la Ferme ?
Tout le monde a le droit de protester. Nous avons eu une réunion dans le village pour expliquer ce qu’est le coronavirus. Nous avons expliqué aux gens que si le cas oblige, le centre de la Ferme sera opérationnel. Nous avons choisi la Ferme parce que le bâtiment est proche de l’hôpital. Certains n’ont pas compris cette question de quarantaine. Mais il y a eu quelques têtes brûlées qui veulent créer une confusion. Je soupçonne l’opposition d’être derrière eux. Nous ne reculerons pas malgré devant les manifestations. Et nous utiliserons le centre si nécessaire. Je souhaite qu’il n’y ait aucun cas ni à Maurice ni à Rodrigues, sachant bien que nous sommes vulnérables.

Quelles en sont vos appréhensions ?

Nous avons des appréhensions concernant le vol international de La Réunion. Il y a des passagers qui transitent par La Réunion pour venir à Rodrigues. Nous effectuons un suivi constant dans ce domaine et appliquons strictement les protocoles de Maurice et de la France.