Décidément, les Mauriciens sont en passe de devenir une grosse équipe du chrono. Hier, à Maputo, ils ont accroché la médaille d’argent du contre-la-montre par équipes des Jeux d’Afrique.
Devant les Mauriciens, on retrouve, comme il fallait s’y attendre, les Sud-Africains, qui ont été tout simplement au-dessus du lot. Avec Reinhardt Jense Van Rensburg, déjà titré dans l’exercice solitaire, Jay Robert Thompson, autre pro au sein de la Bissell CT, et Nolan Hoffman, le trio sud-africain était imbattable. Ils ont effet parcouru les 26,4 km du parcours en 35’14. Les Algériens arrivent en troisième position, avec un chrono de 37’53.
Derrière, Maurice, avec Yolain Calypso, Yannick Lincoln, Hugo Caëtane et Pascal Ladaub, arrive à près de deux minutes (37’06) pour les 26,4 km. « La grosse satisfaction aurait été de prendre le dessus sur les Sud-Africains, mais comme c’était carrément impossible, alors, l’argent est la satisfaction du jour », soulignait Yannick Lincoln.
Même son de cloche chez Yolain Calypso. Lui, parle d’un esprit d’équipe qui a été construit depuis un certain stage en France. « On s’y était beaucoup concentrés sur le chrono par équipes. Je pense que ça paye maintenant », déclare-t-il.
Pourtant, Maurice avait perdu un coureur en cours de route. Hugo Caëtane, absent de l’équipe victorieuse aux Seychelles, avait fait le maximum pour mettre ses coéquipiers en orbite. « Le parcours était taillé pour des coureurs comme eux. Mais j’ai fait tout ce que j’ai pu pour leur permettre d’aller chercher cette médaille », soutient Caëtane.
Et l’autre, Pascal Ladaub, si discret, savoure lui aussi cette médaille, d’autant qu’il en est à sa première participation aux Jeux d’Afrique. « Je voudrais dire un grand merci à ceux qui m’ont soutenu ou qui me soutiennent encore. André de Commarmond, Frédéric de Coriolis, la compagnie Velogic, entre autres. Ces sont ces gens qui me permettent d’avancer et de faire du vélo », soutient-il.
Maintenant, l’équipe a un ultime objectif en tête : la course en ligne, qui sera courue dimanche matin. Le parcours sera le même que celui du chrono par équipes. « C’est un peu vallonné, avec une bosse un peu semblable à celle de Casela », explique Yannick Lincoln.
Alors, de qui faudra-t-il se méfier ? « De tout le monde. Les résultats du contre-la-montre par équipes ne reflètent pas forcément la force des gros bras. Là, ils ont dû se contenir, mais dimanche, ça risque d’être différent », avance le chef de file mauricien.
Yolain Calypso abonde dans le même sens. « On ne sait pas. La course en ligne, c’est vraiment une loterie. Mais là, avec une médaille d’argent, c’est sûr qu’on partira plus à l’aise. »
Yannick Lincoln voudrait bien écrire son nom au palmarès des Jeux. « C’est sur le même parcours, mais en plus long (ndlr : 145 km approximativement). On va essayer d’accrocher un podium. » L’objectif est tout trouvé, mais comme Yolain Calypso l’a si bien dit, la course en ligne, c’est une loterie…