Beira,ville portuaire du Mozambique et la capitale de la province de Sofala.

Cinq cas de choléra ont été « confirmés » au Mozambique, frappé mi-mars par un cyclone et des inondations qui ont fait 468 morts dans ce pays pauvre d’Afrique australe, ont annoncé mercredi les autorités.

« Nous avons cinq cas de choléra qui ont été confirmés. C’est à Beira (centre) et dans ses environs », a déclaré le directeur national de la santé, Ussein Isse, lors d’un point-presse à Beira, ville d’un demi-million d’habitants en partie détruite par les intempéries.

« Il y aura plus de cas car le choléra est pandémique. Quand on a un cas, on peut craindre d’en avoir d’autres », a-t-il ajouté.

« Nous mettons en place des mesures préventives pour limiter l’impact » de cette épidémie, a-t-il assuré.

Dimanche, le ministre de l’Environnement Celso Correia avait prévenu qu’une épidémie de choléra serait « inévitable » compte tenu des eaux stagnantes et de la promiscuité dans les centres d’hébergement où s’entassent des rescapés des inondations.

Selon un dernier bilan fourni par les autorités mozambicaines mercredi, les intempéries ont fait au moins 468 morts dans le pays. Un total d’1,8 million de personnes ont également été affectées par le cyclone et les inondations dans le pays, selon l’ONU.