Le Project Director JCI, Damien Veerapatren, et son équipe sont récemment venus de l’avant avec le clip “Aret Taper” pour dénoncer la violence commise envers les femmes. Le projet, qui a retenu l’attention de nombreuses personnes, a pour message de  sensibiliser le public sur la question et d’amener les hommes « à devenir plus responsables ».
Damien Veerapatren exerce le métier d’agent d’assurances. Et lorsque son patron lui a dit un jour qu’il avait la fibre du bénévolat, Damien n’a pas hésité: « J’ai eu la chance de travailler pour une Ong en 2007 et, lors de nos ateliers de travail, j’ai côtoyé des gens de différents milieux avec, en tête, cette maxime de servir les autres. Je me suis alors joint au JCI. C’était le déclic. » Il poursuit : « La vision du JCI est de devenir le premier réseau global de jeunes au monde. On veut leur donner cette opportunité de créer un impact sur la société. Notre rôle est d’encadrer les gens dans le besoin. Les femmes battues restent ainsi un sujet toujours d’actualité. Nous voulons que cela s’arrête. »
Avec sa voix douce et son naturel posé, Damien Veerapatren allie les contrastes. Ainsi, s’il est de nature calme, cela ne l’empêche pas de pratiquer les arts martiaux. « Cela me permet de garder la forme et de maîtriser mes émotions. » Du self-control, l’homme en possède sans aucun doute. D’ailleurs, il semble en connaître un rayon sur le sujet. « Dans la vie, chaque chose est un défi. Je me suis vu dans la peau d’un maître de cérémonie pour parler devant une  grande assistance. Avec le clip “Aret Taper”, qui dénonce la violence à l’égard des femmes, c’est d’abord un travail de groupe et la mise en place d’un plan d’action. » Damien dit vouloir dénoncer à tout prix la violence gratuite. « Les meurtres sont nombreux et, dans la plupart des cas, les femmes en sont des victimes. Nous, au JCI, on a voulu envoyer un message fort, faire prendre conscience de cette réalité, surtout chez les hommes. »