Une Woman Police Constable (WPC) affectée dans un poste du Nord a menacé d’utiliser une arme à feu pour se tirer une balle sur son lieu de travail si son amou- reux, un policier, ne l’épouse pas le jour de la Saint-Valentin. Dans une déposition à la police d’Abercrombie, l’officier de la Special Mobile Force, âgé de 25 ans, a déclaré qu’il vivait en concubinage avec la WPC depuis huit mois mais que, par la suite, il a décidé de rompre.

Le plaignant soutient que la policière a mal pris cette décision et qu’elle « ne cessait de me harceler pour qu’on se remette ensemble ». Selon lui, son ex aurait même signifié son intention de mettre fin à sa vie. Le jeune homme estime que la policière « a voulu me faire du chantage ». Hier, il a dit avoir reçu un coup de fil de la WPC, qui lui a demandé de la rejoindre « sur le champ » afin qu’ils scellent leur union. Devant le refus du plaignant, la policière aurait menacé de
prendre un revolver du poste pour se suicider sur son lieu de travail.

Craignant qu’elle passe à l’acte, le policier, qui se trouvait dans la région d’Aber- crombie, s’est rué vers le poste de police de la région afin d’informer ses collègues. Ces derniers ont relayé l’information à l’OPS Room de la Northern Division. En recevant ces renseignements, le “station manager” du poste de police en question a donné des instructions pour que la policière ne s’approche pas du lieu où sont stockées les armes à feu.

La WPC n’a finalement rien fait de grave hier. Cependant, elle sera convoquée par le responsable de la Northern Division pour s’expliquer sur toute cette affaire. Aupa- ravant, elle sera examinée par un médecin de la police. L’officier de la SMF a précisé qu’il fera d’autres déclarations ultérieurement « si cela s’avère nécessaire