Le comité ministériel, institué pour se pencher sur les conclusions de la Commission d’enquête sur la drogue, a dévoilé une de ses mesures phares : la mise sur pied d’une task force pour « coordonner le travail » et « rendre plus efficientes les enquêtes » qui seront entamées.

L’annonce a été faite par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, après la première réunion du comité ministériel aujourd’hui.

Entouré de plusieurs ministres, dont Ivan Collendavelloo et Anerood Jugnauth, le chef du gouvernement a expliqué que la task force sera présidée par le directeur de l’ICAC, Navin Beekary.

Ce dernier sera épaulé, entre autres, par le directeur de la MRA et le deputy sollicitor general. La task force sera mise sur pied « très vite », a soutenu le Premier ministre.

« Le gouvernement souhaite que les enquêtes puissent démarrer dans les plus brefs délais ».

De son côté, la MRA a « entamé un assessment » de personnes mentionnées dans le rapport, a informé Pravind Jugnauth. Cela concerne « des avocats et des individuels ».

Le Premier ministre a, d’autre part, indiqué avoir « déjà demandé » à tous les ministères et les institutions concernées de « donner leur point de vue », s’agissant des parties les concernant dans le rapport. Ils devront, par la suite, détailler les actions à venir.

La date limite pour cela est pour demain. Ensuite, d’autres discussions auront lieu au niveau du comité ministériel.

Des actions déjà prises.

Pravind Jugnauth a aussi abordé les recommandations du rapport et les noms mentionnés notamment pour des enquêtes. « Nous laissons aux autorités concernées d’étudier quelles actions prendre après les enquêtes », s’est-il contenté d’expliquer à ce stade.

Les enquêtes concerneront les noms et institutions cités mais aussi d’autres cas pour lesquels la commission n’avait pu enquêter. De même que d’autres affaires qui apparaîtront au fil des investigations. Celles-ci « se feront en priorité », a assuré le Premier ministre.

Pravind Jugnauth a, par ailleurs, indiqué que des policiers cités dans le rapport ont « déjà été retirés » de leur « place stratégique ».

Aussi a-t-il relevé une nouvelle fois la détermination du gouvernement à « kas lerin bann mafia ladrog » afin de « protez bann zenes sa pei-la ». Détaillant au passage les mesures prises en ce sens par son gouvernement, surtout pour ce qui est des lois fiscales.